Le retour des loups

Au détour d’un chemin de randonnée, en juin dernier, nous sommes tombés sur ce panneau à l’entrée d’un chalet d’alpage dans le Beaufortain. Le message, pour le moins direct, était adressé aux pro-loups, par un anti-loup que nous avons rencontré juste après. Nous venions de trouver sur notre chemin les cadavres de plusieurs brebis égorgées récemment. Des rapaces planaient encore au-dessus pour terminer le nettoyage des carcasses. Dans notre naïveté de citadins, nous n’avions pas pensé à une attaque de loup, si peu habitués à penser à cet animal qui a longtemps disparu des paysages français.

Pour ce propriétaire, c’était le ras-le-bol et la peine d’avoir perdu ses bêtes qu’il avait montées à l’alpage très peu de temps auparavant. Il n’habitait pas là en permanence, il n’y avait pas de chien de berger pour veiller sur les brebis, pas de clôture électrifiée pour les mettre en sécurité. Il avait donc suffi d’une nuit tranquille, sans présence humaine, pour qu’un loup tue son tout petit troupeau sans défense. Il nous a montré des empreintes dans la boue du chemin. Ajoutées au type de blessures subies par les brebis, cela ne lui laissait aucun doute sur l’origine de la mort de ses bêtes. Alors, très en colère, il avait définitivement rejoint le camp des anti-loups, dans le débat passionné qui dresse beaucoup d’éleveurs français contre les protecteurs du loup.

Les loups, chassés sans relâche pendant des décennies, sont revenus en France, par eux-mêmes. Beaucoup d’éleveurs ont dû réapprendre comment s’en protéger au mieux. Mais la cohabitation est difficile, entre les loups, les troupeaux et leurs propriétaires bien sûr, et aussi entre les pro-loups et les anti-loups.

Pourtant, il va bien falloir se faire à l’idée que les loups ne sont pas seulement dans les régions de montagne, à l’écart des hommes. C’est ce que racontait ce petit reportage entendu aux infos à la radio il y a quelques jours. Je ne m’attendais pas aux lieux mentionnés ! Prisonnière de clichés sur cet animal !

Je vous ai enregistré tout ça ici, avec à la fin le petit reportage radio (vers 2’50):

Transcription du reportage:
Il y a des loups et ils sont certes (1) un peu flous (2) sur les photos : deux loups gris sont détectés ce mois-ci (3) en France, un dans les Yvelines* au début du mois, un autre en Indre-et-Loire* hier. C’est une première (4) depuis cent ans. Jean-Noël Rieffel, le directeur régional de l’Office Français de la Biodiversité dans la région Centre-Val de Loire :

« Pour nous, c’est pas une surprise, parce que l’OFB recense (5) les populations de loups. On sait qu’elles sont en augmentation. On estime à 624 loups (6) en France et on sait qu’à la faveur de l’automne (7), il y a des phénomènes de dispersion d’un certain nombre d’individus (8) qui en fait sont expulsés, si je puis (9) me permettre ce mot, de la meute (10) et parcourent des dizaines de kilomètres. On sait que le loup pouvait être retrouvé à 1500 km de son lieu de naissance. Et on sait que le loup peut parcourir jusqu’à 50 km par jour. Donc il est pas étonnant de voir des individus se disperser. Pour l’instant (11), ils sont pas installés du tout, il y a pas de meute, il y a aucun signalement d’attaques sur des troupeaux. Donc pour l’instant, il est trop tôt pour dire si ces individus qui ont été observés vont s’installer. Mais c’est fort (12) peu probable, voilà, voire (13) pas probable du tout.

Quelques explications :

  1. certes : c’est vrai / Il faut reconnaître que
  2. flou : pas net. La mise au point n’a pas été parfaite donc la photo est floue.
    On peut aussi utiliser cet adjectif au sens figuré : par exemple, un projet qui est flou est un projet qui n’est pas encore bien défini. Quand on a des idées floues dans un domaine, on ne sait pas encore grand chose sur le sujet. On dit aussi qu’on est dans le flou quand n’a pas encore d’idées précises à propos d’une situation.
  3. ce mois-ci : le mois en cours. On ne peut pas dire simplement Ce mois.
  4. C’est une première : c’est un événement inédit, totalement nouveau.
  5. recenser : compter le nombre de personnes, d’animaux, de plantes quelque part.
  6. 624 loups : six cent vingt quatre
  7. à la faveur de l’automne : l’arrivée de l’automne favorise ce phénomène
  8. un individu : c’est normalement une personne. Mais les scientifiques qui étudient des groupes d’animaux parlent aussi d’individus à propos des animaux.
  9. si je puis me permettre = si je peux me permettre (style un peu plus soutenu)
  10. une meute : c’est le terme qu’on emploie à propos des groupes de loups (ou de chiens dans la chasse à courre). Au sens figuré, on l’emploie à propos de groupes de personnes qui en harcèlent d’autres : Le journaliste a été menacé par une meute de supporters très énervés et alcoolisés. On parle aussi de phénomène de meute sur les réseaux sociaux par exemple, quand quelqu’un est victime d’innombrables commentaires haineux.
  11. Pour l’instant : on dit aussi Pour le moment.
  12. fort peu = très peu
  13. voire : et même

* Les Yvelines : il s’agit d’un des départements français, à l’ouest de Paris.
* L’Indre-et-Loire : dans cet autre département, on trouve la ville de Tours ainsi que des châteaux célèbres, comme Amboise, Azay-le-Rideau, Chenonceau, Villandry par exemple.
Ce n’est pas vraiment au loup qu’on pense en premier en évoquant ces deux départements !

Ubuesque

Depuis quelques mois, dans les pays où les vaccins contre le covid 19 sont disponibles, on avait l’impression que les choses allaient en s’améliorant, que peut-être on verrait le bout du tunnel dans un avenir pas trop lointain. On savait bien que le reste du monde n’était pas tiré d’affaire, que les chiffres en Europe, à nouveau, n’étaient pas bons. Et finalement, le répit sera-t-il de très courte durée, avec l’arrivée d’Omicron, ce nouveau variant qui inquiète et qui donne d’un coup l’impression qu’on est revenu à la case départ ? Voici ce qu’on pouvait entendre ce matin aux infos à la radio.

Transcription:

Le monde ne peut pas être hermétique (1) face au nouveau variant du Covid. Déjà détecté aussi en Australie, en Allemagne, en Angleterre, en Italie, en République Tchèque, Omicron le sera sans doute en France dans les prochains jours. Les pays multiplient les restrictions pour s’en protéger au mieux (2), on va y venir, mais il y a encore des situations ubuesques (3) : hier matin, à Amsterdam, 61 passagers en provenance d’Afrique du Sud ont été testés positifs à leur arrivée, sur 600 passagers qui sont restés entassés (4) ensemble durant de longues heures. Un véritable cluster en puissance (5), comme le raconte un passager français, Anatole Kramer :

« Nous sommes restés six heures dans l’avion avec les gens qui commençaient à s’agiter (6) et à circuler sans masque. Et puis on a fini par nous donner l’autorisation de débarquer pour nous envoyer dans une partie isolée de l’aéroport, pour que l’ensemble des passagers soient testés. Rien n’a été organisé : pas de gel mis à disposition (7), pas de masques mis à disposition. On était 300 par salle d’attente (8), serrés les uns contre les autres (9). On n’avait pas mangé depuis donc le matin, 8 h, et ils ont fini (10) à 18 h par nous apporter des sandwichs dans des cageots (11), des sandwichs sans emballage individuel. On a tous plongé les mains dans les mêmes cageots, c’était effarant (12) ! Le résultat des tests a mis dix heures à arriver : 10 % des passagers est positif (13). On a passé la journée ensemble, collés les uns contre les autres. Je suis moi-même très inquiet parce que j’ai vu des gens qui ont été déclarés positifs avec qui j’ai discuté et qui m’ont postillonné (14) dessus. Là, je fais extrêmement attention. Je me lave les mains, je garde mon masque en toutes circonstances (15) et j’ai prévu de me faire tester lundi. C’est une bombe à retardement (16) qui pourrait se disséminer dans l’ensemble de l’Europe, ouais. »

Témoignage édifiant (17), recueilli par Benjamin R.

Des explications :

  1. être hermétique (à quelque chose) : parfaitement fermé, qui ne laisse pas entrer l’air ou l’eau par exemple.
    On peut employer cette expression au sens figuré en parlant de quelqu’un : Il est hermétique à la poésie signifie qu’il n’est pas sensible du tout à la poésie, qu’il ne la comprend pas ni ne l’apprécie.
  2. au mieux : le mieux possible. On dit souvent : Fais au mieux, pour encourager quelqu’un qui a à prendre une décision difficile, à faire quelque chose de compliqué;
  3. ubuesque : on emploie cet adjectif pour décrire une situation ridicule, absurde, grotesque, invraisemblable. Ce mot vient du nom d’un personnage de la pièce de théâtre Ubu Roi écrite en 1896 par un écrivain français, Alfred Jarry. Ubu y est un roi despotique, cruel et ridicule. Donc ubuesque signifie à la manière de Ubu.
  4. entassés : très serrés et sans organisation.
  5. un cluster en puissance : une situation qui a de fortes chances de devenir un cluster. Tous les signes montrent que cela va arriver.
  6. commencer à s’agiter : perdre patience, s’impatienter et donc perdre son calme.
  7. mis à disposition : donné, rendu disponible
  8. par salle d’attente : dans chaque salle d’attente
  9. serrés les uns contre les autres : très près les uns des autres, sans espace entre les gens
  10. Ils ont fini par nous apporter à manger : après une longue attente / un très long moment, ils nous ont enfin apporté à manger.
  11. un cageot : on y transporte en général des légumes ou des fruits.
  12. effarant : effrayant et choquant
  13. 10% est positif : 10% est plutôt suivi du pluriel : 10% des passagers sont positifs.
  14. postillonner : envoyer des postillons, c’est-à-dire des gouttelettes de salive, en parlant.
  15. en toutes circonstances : dans toutes les situations, quelles qu’elles soient.
  16. une bombe à retardement : une bombe programmée pour exploser plus tard. Donc on utilise cette image pour décrire un événement qui aura des conséquences très négatives quasi certaines dans un avenir plus ou moins proche.
  17. un témoignage édifiant : un témoignage instructif, qui montre tout ce qu’il ne fallait pas faire.

Comment dire (ou écrire en toutes lettres) les chiffres mentionnés :
61 passagers : soixante-et-un passagers
600 passagers / 300 : six cents passagers / trois cents
8h : huit heures / 18h : dix-huit heures. Ce sont des horaires, pas des durées, donc en général, on les écrit avec juste un « h ».
10% : dix pour cent. On écrit le symbole des pourcentages dans la majorité des cas. Côté prononciation, vous entendez que le « x » à la fin de dix n’est pas prononcé, ce qui est le cas le plus fréquent, comme chaque fois que le mot qui suit 10 commence par une consonne. Cependant, certains Français le prononcent quand même avec « pour cent ». Même chose avec six : 6%

Des mots fabriqués comme ubuesque :
titanesque : qui fait référence à un titan. Par exemple : Le barrage des Trois Gorges en Chine est une entreprise titanesque, c’est-à-dire qui a nécessité des efforts énormes dignes d’un titan.
dantesque : qui fait référence à l’oeuvre de Dante, avec sa peinture sombre et grandiose de l’enfer. Par exemple : Ils ont été pris dans une tempête dantesque. / La situation était dantesque. / Des conditions de voyage dantesques / C’était une vision dantesque
gargantuesque : qui fait référence au personnage de Rabelais, Gargantua, connu pour son très grand appétit. Par exemple : Ils nous ont servi un repas gargantuesque, c’est-à-dire énorme, hors des normes.

Le lien vers le journal de 8h du 28 novembre sur France Inter.

Affaire à suivre, comme toujours depuis le début de cette pandémie qui dure, qui dure… Continuez à travailler votre français, pour être prêts à venir ou revenir nous voir en France quand tout cela sera derrière nous !
Tenez bon.

A bientôt.

La lettre bleue

Je voulais partager cette lecture avec vous le 11 novembre dernier – et même le 11 novembre de l’année précédente ! Mais je n’avais pas pris le temps de préparer ce petit billet. Le voici donc aujourd’hui quand même, parce que ce petit livre tout simple, dans son joli format carré, est magnifique et que dans le fond, il parle de toutes les guerres et de ce qu’elles font aux enfants, directement ou indirectement. Les vies ôtées, les vies bouleversées. La vie qui continue aussi, à jamais changée pour tous ces petits qui n’ont pas eu ou n’ont pas la chance de grandir dans un monde en paix.

On est en 1917, c’est l’automne, dans un village tranquille, loin des tranchées. Rosalie a cinq ans et demi, l’âge où on ne sait pas encore lire mais où on comprend tout. Elle grandit sans son père, envoyé au front comme des millions de jeunes hommes, dont la présence ne se manifeste qu’à travers les lettres qu’il envoie à sa femme et à sa fille.

Les mots de Timothée de Fombelle disent l’absence, le manque, la tristesse. Ils disent aussi, comme toujours, les espoirs et la vitalité propres à l’enfance, les petits bonheurs imprévus, le grand pouvoir de l’imagination. Et on comprend peu à peu ce qui anime cette petite fille très émouvante, entourée de sa mère, ouvrière, d’un instituteur revenu de la guerre amputé et du grand Edgar qui « n’écoute rien » en classe. Comme toujours avec cet auteur, le texte est très beau, entremêlé aux illustrations si justes d’Isabelle Arsenault. Et c’est tout ce monde d’un autre siècle qui surgit, par petites touches délicates.

Pour découvrir tout ça, vous n’avez plus qu’à aller feuilleter le début de ce livre ici et si ça vous dit, j’ai enregistré ces premières pages ( ainsi que ma présentation ) pour que vous puissiez suivre en même temps :

Et parce que Timothée de Fombelle est aussi agréable à écouter qu’à lire, voici sa courte présentation à lui de son histoire. (C’est bien sous-titré !)

En 2018, il en parlait aussi ici, à François Busnel, dans son émission la Grande Librairie. Il y était question de vérité, d’amour, du pouvoir de la lecture, des mots et de l’imagination, toujours au coeur de ce qu’écrit Timothée de Fombelle, livre après livre.

Les petits bonheurs

A bientôt !

Ça nous pend au nez

Comme vous le savez, la situation sanitaire en France s’est dégradée très vite avec la propagation du variant delta. Le gouvernement français a donc pris un certain nombre de mesures pour obliger tous les Français de plus de douze ans à se faire vacciner et ces mesures ne passent pas auprès d’un certain nombre de gens : ils y voient une atteinte à leur liberté, un danger majeur pour leur santé, un complot de l’industrie pharmaceutique, de la discrimination, etc., etc.

J’avoue que je fais partie de cette génération qui voit au contraire la vaccination comme un progrès pour tous si tous, nous sommes vaccinés, une génération qui sait qu’on ne se fait pas vacciner juste parce qu’on est directement en danger mais que cela protège collectivement tous ceux qui sont plus vulnérables, que cela éradique des maladies qu’on n’aurait pas nécessairement attrapées, que ce n’est donc pas un choix personnel qui se pose à nous. Je ne crois pas que ma liberté soit dans ce choix-là mais bien plutôt dans le fait de pouvoir retrouver une vie normale, de pouvoir retravailler normalement avec mes étudiants le plus vite possible, d’aller et venir comme bon me semble, sans confinements, sans couvre-feu, sans restrictions nulle part, en m’estimant chanceuse d’avoir accès si facilement, comme tous les Français, à la vaccination.

Donc j’écoute avec curiosité tous ces gens qui protestent. Je comprends bien qu’il y a des raisons pour lesquelles on en est arrivé à un tel rejet, ce qui me paraît préoccupant. Voici donc un exemple entendu l’autre matin à la radio : une jeune femme, qui travaille dans un hôpital et qui est donc directement concernée par l’obligation vaccinale.

Transcription :

J’étais à ma pause (1). J’ai vu la manifestation (2). J’ai écouté déjà tout d’abord si c’était bien pour ou contre et j’ai vu qu’ils étaient du même point de vue que moi. Du coup, je les ai soutenus dans leur démarche (3) tout en sachant que j’ai le même point de vue et que j’aimerais être avec eux tout simplement. Je suis pas forcément pour la vaccination obligatoire, je précise. Je vais être obligée, étant donné que (4) je suis agent hospitalier. Il y a un moment donné, on a envie de crier « stop ». On veut notre liberté, on veut avoir le choix de faire ce qu’on veut de notre corps. C’est un droit, c’est un droit. On est à l’hôpital, on nous oblige (5). J’ai pas envie de me faire virer (6) sous prétexte que je ne me suis pas fait vacciner. Et on sait tous qu’on est… bah, ça nous pend au nez (7), quoi !

Quelques explications :

  1. ma pause : courte période d’interruption dans la journée de travail. On dit souvent : J’étais en pause / Je suis en pause / Elle est en pause
  2. la manifestation : il y a en ce moment des défilés de protestation dans les rues tous les samedis, contre le vaccin, la vaccination, le pass sanitaire.
  3. leur démarche : leur action
  4. étant donné que = puisque
  5. on nous oblige : le gouvernement veut obliger tous ceux qui travaillent en hôpital à se faire vacciner.
  6. se faire virer : se faire licencier, perdre son emploi. (familier)
  7. ça nous pend au nez : expression familière qui exprime l’idée que quelque chose va nous arriver, que c’est quasiment sûr. Il s’agit toujours de quelque chose de négatif, d’un risque, d’un danger.

Personnellement, je ne sais pas ce qui nous pend au nez si on laisse courir ce virus, en lui donnant la possibilité de s’adapter et de nous faire revenir en arrière dès qu’un semblant d’amélioration se fait sentir. A suivre !

Tout foutu !

L’été dernier, nous étions tout contents de manger nos premiers abricots, nos premières cerises et nos premières pêches. Petite récolte bien sûr, puisque ce n’était qu’un début pour nos jeunes arbres fruitiers plantés en janvier 2018. Mais c’est magique quand même de les voir grandir, puis commencer à donner. Nous attendions donc avec impatience les fruits de cette année, qui s’annonçaient bien plus nombreux, avec en plus des reines-claudes.

C’était sans compter avec la météo : trop favorable trop tôt. Tout vient de geler, en une nuit. Nous nous y attendions car ce coup de froid était annoncé par Météo France.

Dommage, vraiment. Mais c’est surtout un vrai coup dur pour les agriculteurs qui eux, vivent de leurs récoltes. Je partage avec vous le témoignage de deux d’entre eux entendus à la radio ce matin.

Transcription
– On voit donc des abricots, moi, j’appelle ça « à peau de crapaud ». Il est même visqueux, tellement il a été liquéfié par le gel. Et quand on l’ouvre, si on arrive à l’ouvrir, on voit la future amande marronisée (1) ou translucide, parce qu’elle a été explosée par le gel, en fait.
– C’est vraiment quelque chose d’inédit (2) et on n’a pas pu lutter, quoi. C’est ça qui est assez nouveau. En 2003, on avait pu sauver un peu, avec nos bougies, nos éoliennes, alors que là, on a tout fait, on a fait le boulot (4), et au resultat, c’est tout foutu (5).
Les agriculteurs ont investi dans des brûleurs dernière génération : On allume en bas, il y a un foyer (6), puis il y a une combustion qui se fait et ça… ça dégage de la chaleur. On a fait le pari. On a dit si jamais on sauve, eh bah on les paye la première année. Bon, bah c’est pari perdu.

C’est certain qu’il y a de quoi être dépité (7), même si les agriculteurs savent bien que la nature peut leur jouer des tours (8) et les priver de leurs ressources du jour au lendemain (9), qu’ils ne sont jamais à l’abri (10) des caprices de la météo (11) comme on dit. Mais en début de semaine, c’était vraiment une vague d’air polaire qui est descendue brutalement sur la France et les systèmes de lutte contre le gel n’ont pas suffi. Donc il y a de tels dégâts sur les arbres fruitiers mais aussi sur la vigne que le gouvernement va activer le régime de calamité naturelle qui devrait apporter des aides financières aux agriculteurs et aux viticulteurs victimes de cette vague de froid printanière. En tout cas, cela annonce des récoltes beaucoup plus faibles, donc un été avec moins de fruits, qui seront plus chers. Dommage pour nos jolis marchés d’été !

  1. marronisé : devenu marron
  2. inédit : qu’on n’a jamais vu, très surprenant
  3. une éolienne : ces machines antigel créent un courant d’air pour essayer d’empêcher le gel de se fixer sur les arbres.
  4. On a fait le boulot : on a fait tout ce qu’il fallait
  5. c’est tout foutu : c’est fichu, perdu. Tous les abricots sont morts. On dit souvent : C’est foutu, quandl n’y a plus aucun espoir dans une situation, quand on pense avoir perdu la bataille. (familier). On l’utilise aussi à propos des personnes : Il est foutu. = il n’a aucune chance de s’en sortir, il va mourir.
  6. un foyer : l’endroit où on fait le feu dans une cheminée par exemple. (C’est pour ça que par extension, ce nom désigne aussi le lieu où on habite : la maison/ le foyer, c’est là où nous avons en quelque sorte notre feu, notre cheminée.)
  7. être dépité : être très déçu
  8. jouer des tours à quelqu’un : tromper quelqu’un par manque de fiabilité. Par exemple, on dit souvent : Ma mémoire me joue des tours, pour dire qu’on a tendance à oublier des choses. Ou encore : Il est trop sûr de lui. Je pense que ça va lui jouer des tours.
  9. du jour au lendemain : très rapidement, presque instantanément
  10. ne pas être à l’abri de quelque chose : ne pas être protégé contre quelque chose = cela peut arriver
  11. les caprices de la météo : un caprice, c’est quand on a des envies changeantes, subites et passagères. Ici, cela exprime donc l’idée de changements de temps imprévisibles et fréquents.
  • un coup dur : un événement malheureux qui frappe quelqu’un brutalement, une épreuve.
    On utilise cette expression dans des phrases comme celles-ci : Il a connu / a eu pas mal de coups durs dans sa vie./ Cette épidémie de coronavirus, c’est un coup dur pour les cinémas.
  • C’était sans compter avec… : cela signifie qu’on avait en quelque sorte oublié que la météo pouvait jouer un rôle.


Il fallait prévoir

Le verbe falloir n’est pas simple, à conjuguer d’une part, avec ses formes impersonnelles et d’autre part, avec ses nuances qui varient selon le temps employé. C’est le cas à l’imparfait : il fallait… Il ne fallait pas…

L’idée de ce nouvel article m’est venue à cause de la situation que nous vivons en ce moment en France : un troisième confinement, pendant tout le mois d’avril, et qui sait, peut-être plus long. On nous a bien donné des dates. Mais nous avons tous appris à ne plus jurer de rien (1) !

Ce retour à la case départ (2) est le résultat d’une étrange gestion de l’épidémie, repartie en flèche (3) depuis janvier, du pari raté d’Emmanuel Macron persuadé qu’on réussirait à « freiner sans enfermer », d’un variant apparemment plus contagieux et d’un terrible cafouillage (4) de la vaccination annoncée mais si lente à se déployer. Il y a un an, nous n’avions pas de masques, pas de gel hydroalcoolique, pas assez de respirateurs. Aujourd’hui, ce sont les vaccins qui manquent !

En mars 2020, il fallait donc se protéger comme on pouvait. Il fallait se coudre des masques. Il fallait partir à la chasse (5) aux petits flacons de ce gel aux vertus devenues extraordinaires ! Il fallait rester chez soi, remplir des attestations étranges pour s’autoriser soi-même à sortir un peu, apprendre à travailler « en distanciel ». Il ne fallait plus aller au cinéma, il ne fallait plus faire de sport, se serrer la main, se faire la bise, s’asseoir à une terrasse de café. En mars 2020, il a fallu tout changer, du jour au lendemain (6).

Tout cela, c’est le premier sens de « Il fallait » : je viens de vous raconter notre quotidien, nos habitudes, celles auxquelles nous avons dû renoncer et celles que nous avons été obligés de prendre. Ce quotidien du printemps dernier, répétitif, fait de contraintes et d’interdits, c’est l’imparfait qui le dépeint avec tous ces Il fallait, il ne fallait pas.

Et voici un nouveau reconfinement, un an plus tard, comme si on n’avait pas avancé . Alors, la pillule passe mal (7) et on entend beaucoup de voix s’élever pour dire qu’il fallait reconfiner dès janvier, qu’il fallait être beaucoup plus strict il y a quelques semaines. Il ne fallait pas laisser les écoles, les collèges, les lycées ouverts. Il fallait avoir le courage de demander de nouveaux sacrifices aux Français juste après les vacances de Noël. Il ne fallait pas laisser les chiffres s’emballer (8), il ne fallait pas rouvrir les universités. Il ne fallait pas tout miser sur une vaccination impossible à réaliser rapidement.

Cet imparfait-là ne dépeint pas une réalité passée. Il fallait / Il ne fallait pas sont synonymes de Il aurait fallu…, Il n’aurait pas fallu…, et donc de On aurait dû… on n’aurait pas dû…. Des formulations qui expriment toutes un reproche, une critique de la façon dont les choses se sont passées. Mais je dirais que Il fallait est plus fort et exprime davantage nos sentiments. C’est se dire désabusé, déçu : Tu vois, c’est bien ce que je disais, il fallait réagir tout de suite. Ou par exemple dans un autre contexte : Mais pourquoi tu ne m’as rien dit ? Il fallait m’en parler !

Des explications:

  1. ne jurer de rien : c’est être bien conscient que rien n’est certain. On dit : Il ne faut jurer de rien.
  2. retour à la case départ : c’est revenir à une situation antérieure, comme si rien n’avait évolué
  3. repartir en flèche : recommencer à augmenter très fortement et très vite
  4. un cafouillage : un très mauvais fonctionnement. Cafouiller signifie que les choses se font de manière désordonnée et que le résultat est raté. (familier)
  5. partir à la chasse à quelque chose : se mettre à chercher quelque chose par tous les moyens
  6. du jour au lendemain : très rapidement, sans transition
  7. la pillule passe mal : on emploie cette expression quand les gens ont du mal à accepter quelque chose qu’ils n’ont pas du choisi. (familier)

A écouter, si vous préférez :

Je vous souhaite une bonne fin de weekend pascal.
Avec une petite touche d’humour qui circule sur internet, parce que quand même, on ne va se laisser abattre !