Dans le brouillard

Prendre la route par temps de brouillard, c’est embêtant. Mais quand on se promène à pied, quel plaisir d’avancer dans cette atmosphère automnale qui redessine les paysages. Les arbres, déjà dépouillés de leur feuillage, y retrouvent une majesté spectrale. La lumière atténuée effleure les troncs assombris. Et les dernières feuilles des hêtres sont comme éclairées par un soleil qui n’existe pas. On s’attend presque à apercevoir des elfes et des lutins. Ou un loup (ce qui serait moins surprenant puisqu’ils sont revenus dans nos forêts). On avance comme dans les contes de notre enfance ! Et tant pis si ce jour-là, le brouillard ne se dissipe pas de la journée. C’est tellement féérique !
Aveyron, novembre 2021

Les mots du brouillard :

  • On dit qu’il y a du brouillard. Il n’y a pas d’adjectif, contrairement au nom la brume qui donne l’adjectif brumeux. (On parle de brume quand la visibilité est meilleure.)
    J’espère qu’il n’y aura pas trop de brouillard demain.
    Il y a beaucoup de brouillard ce matin. Il va falloir rouler doucement.
    Il y a un peu de brouillard ce soir. On est bien au chaud à la maison !
  • Quand il y en a vraiment beaucoup, voici les expressions qu’on emploie :
    Un épais brouillard est tombé pendant la nuit. (On peut dire aussi un brouillard épais. C’est plus littéraire de placer l’adjectif épais avant le nom. Donc on trouvera mon exemple plutôt à l’écrit.)
    Le brouillard est très épais par endroits. On ne voit même plus le chemin.
    Il y a un brouillard à couper au couteau. On ne voit pas à 10 mètres !
  • On peut dire aussi :
    On est dans le brouillard aujourd’hui. Et chez vous, il fait beau ?
  • Quand il n’y a plus de brouillard, on utilise le verbe se dissiper.
    Météo France annonce que le brouillard devrait se dissiper dans la matinée.
    Le brouillard s’est dissipé rapidement.

Etre dans le brouillard peut s’employer au sens figuré :

  • Là, pour le moment, je suis dans le brouillard : dans une situation difficile, cela veut dire qu’on n’arrive pas à voir les choses clairement, qu’on ne sait pas quoi faire, quelle décision prendre.
  • Avec ce nouveau variant, c’est le brouillard pour tous ceux qui avaient prévu un Noël avec leur famille à l’étranger. Pourront-ils partir, prendre l’avion ?

J’ai enregistré ces exemples, si ça vous dit de les entendre :

Je vous laisse pour aujourd’hui, sous un beau soleil ici !
A Marseille, le brouillard est très rare. Bonne journée à tous.

Ubuesque

Depuis quelques mois, dans les pays où les vaccins contre le covid 19 sont disponibles, on avait l’impression que les choses allaient en s’améliorant, que peut-être on verrait le bout du tunnel dans un avenir pas trop lointain. On savait bien que le reste du monde n’était pas tiré d’affaire, que les chiffres en Europe, à nouveau, n’étaient pas bons. Et finalement, le répit sera-t-il de très courte durée, avec l’arrivée d’Omicron, ce nouveau variant qui inquiète et qui donne d’un coup l’impression qu’on est revenu à la case départ ? Voici ce qu’on pouvait entendre ce matin aux infos à la radio.

Transcription:

Le monde ne peut pas être hermétique (1) face au nouveau variant du Covid. Déjà détecté aussi en Australie, en Allemagne, en Angleterre, en Italie, en République Tchèque, Omicron le sera sans doute en France dans les prochains jours. Les pays multiplient les restrictions pour s’en protéger au mieux (2), on va y venir, mais il y a encore des situations ubuesques (3) : hier matin, à Amsterdam, 61 passagers en provenance d’Afrique du Sud ont été testés positifs à leur arrivée, sur 600 passagers qui sont restés entassés (4) ensemble durant de longues heures. Un véritable cluster en puissance (5), comme le raconte un passager français, Anatole Kramer :

« Nous sommes restés six heures dans l’avion avec les gens qui commençaient à s’agiter (6) et à circuler sans masque. Et puis on a fini par nous donner l’autorisation de débarquer pour nous envoyer dans une partie isolée de l’aéroport, pour que l’ensemble des passagers soient testés. Rien n’a été organisé : pas de gel mis à disposition (7), pas de masques mis à disposition. On était 300 par salle d’attente (8), serrés les uns contre les autres (9). On n’avait pas mangé depuis donc le matin, 8 h, et ils ont fini (10) à 18 h par nous apporter des sandwichs dans des cageots (11), des sandwichs sans emballage individuel. On a tous plongé les mains dans les mêmes cageots, c’était effarant (12) ! Le résultat des tests a mis dix heures à arriver : 10 % des passagers est positif (13). On a passé la journée ensemble, collés les uns contre les autres. Je suis moi-même très inquiet parce que j’ai vu des gens qui ont été déclarés positifs avec qui j’ai discuté et qui m’ont postillonné (14) dessus. Là, je fais extrêmement attention. Je me lave les mains, je garde mon masque en toutes circonstances (15) et j’ai prévu de me faire tester lundi. C’est une bombe à retardement (16) qui pourrait se disséminer dans l’ensemble de l’Europe, ouais. »

Témoignage édifiant (17), recueilli par Benjamin R.

Des explications :

  1. être hermétique (à quelque chose) : parfaitement fermé, qui ne laisse pas entrer l’air ou l’eau par exemple.
    On peut employer cette expression au sens figuré en parlant de quelqu’un : Il est hermétique à la poésie signifie qu’il n’est pas sensible du tout à la poésie, qu’il ne la comprend pas ni ne l’apprécie.
  2. au mieux : le mieux possible. On dit souvent : Fais au mieux, pour encourager quelqu’un qui a à prendre une décision difficile, à faire quelque chose de compliqué;
  3. ubuesque : on emploie cet adjectif pour décrire une situation ridicule, absurde, grotesque, invraisemblable. Ce mot vient du nom d’un personnage de la pièce de théâtre Ubu Roi écrite en 1896 par un écrivain français, Alfred Jarry. Ubu y est un roi despotique, cruel et ridicule. Donc ubuesque signifie à la manière de Ubu.
  4. entassés : très serrés et sans organisation.
  5. un cluster en puissance : une situation qui a de fortes chances de devenir un cluster. Tous les signes montrent que cela va arriver.
  6. commencer à s’agiter : perdre patience, s’impatienter et donc perdre son calme.
  7. mis à disposition : donné, rendu disponible
  8. par salle d’attente : dans chaque salle d’attente
  9. serrés les uns contre les autres : très près les uns des autres, sans espace entre les gens
  10. Ils ont fini par nous apporter à manger : après une longue attente / un très long moment, ils nous ont enfin apporté à manger.
  11. un cageot : on y transporte en général des légumes ou des fruits.
  12. effarant : effrayant et choquant
  13. 10% est positif : 10% est plutôt suivi du pluriel : 10% des passagers sont positifs.
  14. postillonner : envoyer des postillons, c’est-à-dire des gouttelettes de salive, en parlant.
  15. en toutes circonstances : dans toutes les situations, quelles qu’elles soient.
  16. une bombe à retardement : une bombe programmée pour exploser plus tard. Donc on utilise cette image pour décrire un événement qui aura des conséquences très négatives quasi certaines dans un avenir plus ou moins proche.
  17. un témoignage édifiant : un témoignage instructif, qui montre tout ce qu’il ne fallait pas faire.

Comment dire (ou écrire en toutes lettres) les chiffres mentionnés :
61 passagers : soixante-et-un passagers
600 passagers / 300 : six cents passagers / trois cents
8h : huit heures / 18h : dix-huit heures. Ce sont des horaires, pas des durées, donc en général, on les écrit avec juste un « h ».
10% : dix pour cent. On écrit le symbole des pourcentages dans la majorité des cas. Côté prononciation, vous entendez que le « x » à la fin de dix n’est pas prononcé, ce qui est le cas le plus fréquent, comme chaque fois que le mot qui suit 10 commence par une consonne. Cependant, certains Français le prononcent quand même avec « pour cent ». Même chose avec six : 6%

Des mots fabriqués comme ubuesque :
titanesque : qui fait référence à un titan. Par exemple : Le barrage des Trois Gorges en Chine est une entreprise titanesque, c’est-à-dire qui a nécessité des efforts énormes dignes d’un titan.
dantesque : qui fait référence à l’oeuvre de Dante, avec sa peinture sombre et grandiose de l’enfer. Par exemple : Ils ont été pris dans une tempête dantesque. / La situation était dantesque. / Des conditions de voyage dantesques / C’était une vision dantesque
gargantuesque : qui fait référence au personnage de Rabelais, Gargantua, connu pour son très grand appétit. Par exemple : Ils nous ont servi un repas gargantuesque, c’est-à-dire énorme, hors des normes.

Le lien vers le journal de 8h du 28 novembre sur France Inter.

Affaire à suivre, comme toujours depuis le début de cette pandémie qui dure, qui dure… Continuez à travailler votre français, pour être prêts à venir ou revenir nous voir en France quand tout cela sera derrière nous !
Tenez bon.

A bientôt.

La lettre bleue

Je voulais partager cette lecture avec vous le 11 novembre dernier – et même le 11 novembre de l’année précédente ! Mais je n’avais pas pris le temps de préparer ce petit billet. Le voici donc aujourd’hui quand même, parce que ce petit livre tout simple, dans son joli format carré, est magnifique et que dans le fond, il parle de toutes les guerres et de ce qu’elles font aux enfants, directement ou indirectement. Les vies ôtées, les vies bouleversées. La vie qui continue aussi, à jamais changée pour tous ces petits qui n’ont pas eu ou n’ont pas la chance de grandir dans un monde en paix.

On est en 1917, c’est l’automne, dans un village tranquille, loin des tranchées. Rosalie a cinq ans et demi, l’âge où on ne sait pas encore lire mais où on comprend tout. Elle grandit sans son père, envoyé au front comme des millions de jeunes hommes, dont la présence ne se manifeste qu’à travers les lettres qu’il envoie à sa femme et à sa fille.

Les mots de Timothée de Fombelle disent l’absence, le manque, la tristesse. Ils disent aussi, comme toujours, les espoirs et la vitalité propres à l’enfance, les petits bonheurs imprévus, le grand pouvoir de l’imagination. Et on comprend peu à peu ce qui anime cette petite fille très émouvante, entourée de sa mère, ouvrière, d’un instituteur revenu de la guerre amputé et du grand Edgar qui « n’écoute rien » en classe. Comme toujours avec cet auteur, le texte est très beau, entremêlé aux illustrations si justes d’Isabelle Arsenault. Et c’est tout ce monde d’un autre siècle qui surgit, par petites touches délicates.

Pour découvrir tout ça, vous n’avez plus qu’à aller feuilleter le début de ce livre ici et si ça vous dit, j’ai enregistré ces premières pages ( ainsi que ma présentation ) pour que vous puissiez suivre en même temps :

Et parce que Timothée de Fombelle est aussi agréable à écouter qu’à lire, voici sa courte présentation à lui de son histoire. (C’est bien sous-titré !)

En 2018, il en parlait aussi ici, à François Busnel, dans son émission la Grande Librairie. Il y était question de vérité, d’amour, du pouvoir de la lecture, des mots et de l’imagination, toujours au coeur de ce qu’écrit Timothée de Fombelle, livre après livre.

Les petits bonheurs

A bientôt !

Comment s’écrivent les polars

Trois auteurs français à succès.
Des polars qui se vendent à des millions d’exemplaires.
Des lecteurs fidèles, impatients de lire chacun de leurs nouveaux romans. (Peut-être êtes-vous un de ces lecteurs.)
Mais des façons de travailler propres à chacun de ces écrivains, qui ont en commun d’avoir commencé, dès l’enfance, par aimer lire et raconter des histoires.
Les voici ici qui en parlent ensemble. Ils nous offrent en quelque sorte l’envers du décor en nous emmenant dans les coulisses de l’écriture. (Cet entretien est sous-titré en français directement, donc j’ai juste ajouté quelques explications.) J’espère que cette vidéo est accessible dans votre pays !

Voici aussi le lien direct, au cas ça bloque !

Des explications :

  1. un canevas : à propos d’un roman, il s’agit d’un plan déjà assez précis de ce qui va être raconté et qui va servir de base. C’est comme la trame, terme employé aussi. Ces termes viennent de l’univers de la couture, de la tapisserie, de la broderie, du tissage E,n gros, c’est ce qui sert de support au travail réalisé avec des aiguilles, d’où cette idée de support d’un travail d’écriture, de création.
  2. bien ficelé : bien conçu, bien construit. On parle d’une histoire, d’une intrigue bien ficelée, d’un scénario bien ficelé. (plutôt familier). On peut dire par exemple : J’ai adoré ce film. L’histoire est vraiment bien ficelée.
  3. Bob Morane : toute une série de romans avec pour héros Bob Morane, mi-aventurier et mi-espion, publiés à partir des années 1950 et adaptés plus tard en bandes dessinées. On dit par exemple : Ado, il a lu tous les Bob Morane.
  4. je m’en suis tapé un paquet : un paquet = beaucoup (familier). Se taper quelque chose : normalement, cela indique qu’on a été obligé de faire quelque chose, qu’on a dû subir quelque chose. Ici, cela signifie qu’il a lu énormément de Bob Morane. (familier)
    Par exemple :
    J’ai dû me taper un dinner très ennuyeux avec mes voisins pour ne pas avoir l’air trop asocial !
    – Il s’est tapé tout le boulot. Les autres l’ont peu aidé.
  5. et pas que : et pas seulement
  6. lire un Picsou : un Picsou Magazine = des magazines de bandes dessinées avec les personnages de Disney (Donald Duck, son oncle Picsou, etc.)
  7. une fois, voire deux fois : … et même deux fois
  8. tenir la route : être bien fait, être cohérent (familier)
  9. un premier jet : la première tentative dans l’écriture d’un texte, d’un roman, d’une dissertation. On emploie aussi cette expression à propos d’un dessin par exemple. Ces premiers essais seront ensuite corrigés et améliorés.
    Ce n’est qu’un premier jet, mais ça te donne une idée de ce que je veux faire.
  10. de la merde : très nul, qui ne vaut rien (plutôt vulgaire, mais très employé!)
  11. un bouquin : un livre (familier)
  12. Comment ça ? : on pose cette question quand on ne comprend pas quelque chose, quand on est vraiment surpris par ce qu’on nous raconte ou explique. (style oral). Par exemple :
     » Il n’est pas encore là. »
     » Comment ça ? Il n’était pas censé arriver ce matin ?
    « 
  13. Et encore. : En disant ça, on indique que ce qu’on vient de dire est probablement en-deçà de la réalité.
    Par exemple : Il devait avoir 15-16 ans. Et encore. (= je n’en suis pas sûr du tout, c’était probablement moins.)
    Ici, Michel Bussi nuance et corrige une affirmation de Bernard Minier. Voici l’extrait :
    BM : En revanche, ce qui est développé, c’est les dialogues, non ? Comme dans un scénario.
    MB : Et encore. Même pas.
    = Il ne développe même pas ses dialogues à ce stade de l’écriture. Il avait parlé avant de simples « éléments de dialogue. »
    Il aurait pu ne pas dire « même pas », la signification aurait été la même.
  14. samedis, dimanches et fêtes : les fêtes sont les jours fériés. C’est l’expression consacrée pour parler des jours de repos auxquels on a droit.
  15. tu as pris un mauvais pli : tu as pris une mauvaise habitude. On ne dit jamais le contraire : un bon pli n’existe pas !
    Mais on emploie l’expression : prendre le pli, qui signifie qu’on s’habitue à quelque chose qui nous est imposé.
    Par exemple : Ici, on se lève très tôt. Il va falloir que tu prennes le pli.
  16. un bosseur : quelqu’un qui bosse = qui travaille (familier)
  17. dans ma baraque : dans ma maison (argot)
  18. être en déplacement : voyager pour son travail, donc ne pas être chez soi ni au bureau.
    Il est en déplacement cette semaine. Il vous contactera à son retour.
    Ce poste implique de nombreux déplacements à l’étranger.
    Avec le Covid, les déplacements sont devenus rares !
  19. siroter un cocktail : boire lentement un cocktail, en prenant bien son temps pour le savourer. On emploie souvent ce verbe à propos d’un vin, d’un alcool, d’un apéritif par exemple. Mais on peut aussi siroter une boisson fraîche, un jus de fruit. Mais en général, on ne sirote pas un verre d’eau !

Un polar = un roman policier (un peu familier mais c’est devenu aussi utilisé que l’expression complète.)
On dit aussi : un policier. (Il lit beaucoup de policiers / de romans policiers / de polars.)

A bientôt. Bonne suite de vacances pour ceux qui en ont.

Ça nous pend au nez

Comme vous le savez, la situation sanitaire en France s’est dégradée très vite avec la propagation du variant delta. Le gouvernement français a donc pris un certain nombre de mesures pour obliger tous les Français de plus de douze ans à se faire vacciner et ces mesures ne passent pas auprès d’un certain nombre de gens : ils y voient une atteinte à leur liberté, un danger majeur pour leur santé, un complot de l’industrie pharmaceutique, de la discrimination, etc., etc.

J’avoue que je fais partie de cette génération qui voit au contraire la vaccination comme un progrès pour tous si tous, nous sommes vaccinés, une génération qui sait qu’on ne se fait pas vacciner juste parce qu’on est directement en danger mais que cela protège collectivement tous ceux qui sont plus vulnérables, que cela éradique des maladies qu’on n’aurait pas nécessairement attrapées, que ce n’est donc pas un choix personnel qui se pose à nous. Je ne crois pas que ma liberté soit dans ce choix-là mais bien plutôt dans le fait de pouvoir retrouver une vie normale, de pouvoir retravailler normalement avec mes étudiants le plus vite possible, d’aller et venir comme bon me semble, sans confinements, sans couvre-feu, sans restrictions nulle part, en m’estimant chanceuse d’avoir accès si facilement, comme tous les Français, à la vaccination.

Donc j’écoute avec curiosité tous ces gens qui protestent. Je comprends bien qu’il y a des raisons pour lesquelles on en est arrivé à un tel rejet, ce qui me paraît préoccupant. Voici donc un exemple entendu l’autre matin à la radio : une jeune femme, qui travaille dans un hôpital et qui est donc directement concernée par l’obligation vaccinale.

Transcription :

J’étais à ma pause (1). J’ai vu la manifestation (2). J’ai écouté déjà tout d’abord si c’était bien pour ou contre et j’ai vu qu’ils étaient du même point de vue que moi. Du coup, je les ai soutenus dans leur démarche (3) tout en sachant que j’ai le même point de vue et que j’aimerais être avec eux tout simplement. Je suis pas forcément pour la vaccination obligatoire, je précise. Je vais être obligée, étant donné que (4) je suis agent hospitalier. Il y a un moment donné, on a envie de crier « stop ». On veut notre liberté, on veut avoir le choix de faire ce qu’on veut de notre corps. C’est un droit, c’est un droit. On est à l’hôpital, on nous oblige (5). J’ai pas envie de me faire virer (6) sous prétexte que je ne me suis pas fait vacciner. Et on sait tous qu’on est… bah, ça nous pend au nez (7), quoi !

Quelques explications :

  1. ma pause : courte période d’interruption dans la journée de travail. On dit souvent : J’étais en pause / Je suis en pause / Elle est en pause
  2. la manifestation : il y a en ce moment des défilés de protestation dans les rues tous les samedis, contre le vaccin, la vaccination, le pass sanitaire.
  3. leur démarche : leur action
  4. étant donné que = puisque
  5. on nous oblige : le gouvernement veut obliger tous ceux qui travaillent en hôpital à se faire vacciner.
  6. se faire virer : se faire licencier, perdre son emploi. (familier)
  7. ça nous pend au nez : expression familière qui exprime l’idée que quelque chose va nous arriver, que c’est quasiment sûr. Il s’agit toujours de quelque chose de négatif, d’un risque, d’un danger.

Personnellement, je ne sais pas ce qui nous pend au nez si on laisse courir ce virus, en lui donnant la possibilité de s’adapter et de nous faire revenir en arrière dès qu’un semblant d’amélioration se fait sentir. A suivre !

On sort ?

Même en confinement, cette fois-ci, en France, c’est possible de sortir s’aérer sans se poser trop de questions sur ce qu’on a le droit de faire ou pas. C’était même une recommandation du gouvernement lors de l’annonce des nouvelles restrictions mises en place il y a un mois. Fin de la limite de temps et allongement des distances pour les balades, parce que l’an dernier, une heure de sortie autorisée et pas plus d’un kilomètre, c’était vraiment difficile, peu motivant et même stressant !

Donc en ce mois d’avril confiné, nous avons pu continuer à mettre le nez dehors, même s’il fallait rester dans un rayon de 10 kilomètres autour de chez soi. Selon l’endroit où on habite, cela laisse des possibilités d’exploration et permet de ne pas trop tourner en rond.

Mettre le nez dehors, c’est sortir prendre l’air. On emploie souvent cette expression familière dans des phrases négatives, pour dire qu’on ne sort pas de chez soi. On dit par exemple :
– Il faisait tellement mauvais qu’on n’a pas mis le nez dehors de tout le weekend.
– Il ne fait pas un temps à mettre le nez dehors. On est bien chez soi, au chaud !
– Depuis qu’elle est tombée dans son jardin, elle n’ose plus mettre le nez dehors.

Au lieu de passer ta journée sur un écran, tu ferais bien de mettre un peu le nez dehors !

Pendant ce confinement-ci, voulu plus « sain » par nos dirigeants, les jardineries sont même restées ouvertes, comme d’autres commerces dits « essentiels », afin que les Français puissent continuer à s’occuper de leur jardin, de leur balcon, ou de leur terrasse. D’où des publicités printanières comme celle-ci, pour qu’ils aient envie de fleurs, de légumes et de grand air. Donc mettons le nez dehors, avec la bénédiction des médecins, des virologues et des politiques, puisque nous y sommes apparemment moins exposés à ce virus qui n’a pas encore décidé de nous laisser souffler !

Pour écouter :

Et puisque nous sommes le 1er mai, voici un peu de muguet porte-bonheur !