Une vie raisonnable avec ses vaches

Ce matin à la radio, pendant quelques minutes, on était dans le département des Hautes-Alpes, auprès d’un agriculteur qui parlait de fraises et de tomates, de ses vaches, de son travail et de ses idées sur son métier. Accent du sud-est, pour dire en filigrane les difficultés de ceux qui ne sont pas dans l’agriculture intensive et qui pourtant nous nourrissent et ne veulent plus massacrer le milieu dans lequel nous vivons.

Eleveur dans les Hautes-Alpes

Transcription:
– Votre micro baladeur (1), Hervé Pauchon, eh bien, il s’est posé dans une laiterie.
– Ah, vous entendez les trayeuses (2) ! Eh bah il s’appelle Bruno, il a cinquante et un ans, il est agriculteur dans les Hautes-Alpes et il a trente vaches à lait. On l’écoute !
– Si j’étais, eh beh, invité sur France Inter, ce que j’aimerais dire, c’est qu’en tant qu’agriculteur, aujourd’hui, beaucoup de… La fraise, la tomate, elles ne poussent plus dans la terre ! Alors ils nous font voir des serres où soi-disant (3), il y a pas de pesticides ni rien, mais la plante, elle ne pousse plus avec les oligoéléments du sol ! Souvent, elles prennent les racines dans un tuyau où il va circuler des… je sais pas moi, je pense que c’est plus ou moins des… que des engrais !
– Vous, vous êtes pas du genre à (4) manger des tomates pendant l’hiver, alors ?
– Ah non, pas du tout. Je suis (5) les saisons. Mais l’agriculture, je pense qu’on en a besoin pour entretenir le territoire. Parce que il faut savoir qu’en gros (6), pour produire un litre de lait, il y a… Les vaches vont, en liquide ou en solide, vont faire trois litres d’effluents.
– Pour un litre de lait, c’est trois litres de bouse et de pisse !
– Voilà.
– Il y a quelque temps, on a beaucoup parlé des problèmes de… des producteurs de lait justement comme vous. C’est réglé aujourd’hui ?
– Eh bien pas vraiment. Parce que le lait, à l’automne, il a ré-augmenté, soi-disant on manquait de beurre et tout, le prix du lait a remonté quatre, cinq mois et aujourd’hui, on nous dit qu’on a trop de lait et le prix du lait a rebaissé.
– Alors, il faut savoir qu’aujourd’hui, on lui achète son litre de lait, à Bruno, entre 35 et 38 centimes. Vous avez noté combien de litres de lait pour trois litres de pisse et de bouse, hein ?
– J’ai compris, ouais.
– Un litre de lait. La suite !
– Si j’étais sur France Inter, je suis agriculteur en montagne. Nous avons des contraintes mais on a encore la chance de manger, puis d’avoir un espace de vie.
– C’est quand la dernière fois que vous êtes parti en vacances ?
– Eh beh, j’ai pris trois jours malheureusement en 2014. Et après, depuis, je n’ai plus pris de vacances. Mais après, ce que je veux quand même dire, que je ne découragerai pas un jeune agriculteur de s’installer dans le métier, parce que les gens, il faudra toujours qu’ils mangent. Mais j’ai un conseil à leur donner, c’est de pas investir outre-mesure (7), de faire à son échelle (8), le matériel (9), tout ça, rester raisonnable et pas de se mettre la corde au cou (10) avec le banquier, parce que les banquiers, je dis pas que c’est des voleurs mais après, quand on n’arrive plus à rembourser ce qu’on doit, c’est la fuite en avant (11), l’agrandissement, et on… là, c’est le… le bout. Et il vaut mieux garder une maîtrise.

Des explications :
1. baladeur : qui se balade, qui se promène. (Ce journaliste va à la rencontre des gens sur le terrain.)
2. une trayeuse : un appareil qui permet de traire les vaches.
3. Soi-disant : à ce qu’on prétend. (On trouve souvent la faute d’orthographe : soit-disant)
4. ne pas être du genre à faire quelque chose : ne pas faire quelque chose habituellement. Par exemple : Je ne sais pas pourquoi il n’est pas là ! Il n’est pas du genre à oublier ses rendez-vous pourtant. C’est bizarre.
On peut l’employer à la forme affirmative : Ce que tu me racontes ne m’étonne pas. Il est bien du genre à se montrer grossier !
5. Je suis : du verbe suivre. Ce n’est pas le verbe être ici.
6. En gros : en simplifiant, en généralisant. On n’entre pas dans les détails.
7. Outre mesure : excessivement, trop.
8. Faire à son échelle : faire les choses sans se laisser dépasser, selon ses moyens. Ne pas vouloir grandir à tout prix.
9. Le matériel : c’est le matériel agricole : tracteurs, moissonneuses, etc.
10. se mettre la corde au cou : ne plus être libre. Ici, cela signifie se mettre dans une situation où on est obligé de travailler sans cesse pour rembourser ses emprunts, et donc se mettre dans une situation dangereuse.
11. La fuite en avant : pour sortir des problèmes, on continue dans la même direction, de la même manière, ce qui aggrave les problèmes déjà existants. On est coincé, prisonnier. Il veut dire que pour rembourser leurs dettes, les agriculteurs doivent travailler de plus en plus, grandir et donc emprunter encore pour acheter le matériel nécessaire à une exploitation plus grande. Mais cela ne résout pas les problèmes.

L’émission est ici.


Nos voisines les vaches (dans l’Aveyron ):
Elles font tous les jours le trajet sur la toute petite route entre leur pré et la ferme. On les croise le matin vers 9 heures quand elles partent se mettre au vert pour la journée. Et en fin de journée, elles rentrent à l’étable pour la traite et pour la nuit. J’aime bien savoir qu’elles mangent de la vraie herbe, au calme, entre copines !

Vendanges


C’est le début de l’automne: journées plus courtes, belles couleurs des arbres avant qu’ils ne perdent leurs feuilles, champignons dans les forêts pour qui connaît les bons coins, ouverture de la chasse.

Et bien sûr, c’est aussi le temps des vendanges. Grande activité dans toutes les régions viticoles de France. Et il y en a beaucoup ! On trouve même des vignes tout près de Paris, dans certains petits coins de banlieue qui ont voulu préserver une partie de leur vignoble hérité du passé.
Petit reportage en banlieue donc, entendu à la radio l’autre matin. Et comme le printemps a été chaud et l’été pluvieux, les vendanges sont en avance cette année.
Transcription:
Bon alors, qu’est-ce que c’est, ce vin ?
– Donc le vin de Suresnes, c’est 5000 bouteilles déjà (1), tous les ans, vin de Chardonnay, à 85% et un petit assemblage de Sauvignon (2) avec. Et ce qui est intéressant, c’est que ce sont deux cépages qui mûrissent à la même époque. Donc on va les vendanger ensemble. Et là, ils sont en pleine maturité. On n’a plus l’avance qu’on avait en début de saison, avec le mois de mai: on avait un mois d’avance. On n’a plus que quinze jours.
C’est pas mal ! (3)
– Ce qui est encore pas mal, oui.
Mais excusez-moi, finalement, est-ce que c’est bien d’être en avance ?
– Oui, parce que on a plus de chances de vendanger par le beau temps. On est plus près de l’été. Voilà. Et si par hasard c’est pas mûr, on peut attendre. Mais là, c’est magnifiquement mûr et c’est parfait.
Et ça fait combien de temps que vous êtes vigneron ?
– Alors moi, je suis vigneron par ailleurs (4) dans le Val de Loire (5), donc depuis 97.
Et qu’est-ce qui vous a donné envie d’être vigneron, vous ?
– Ah, ça, c’est… Je sais pas. C’est… C’est peut-être dans le berceau (6), je sais pas, mais ça… ça… Enfin j’ai pas goûté le vin dans le berceau quand même, hein !
Rassurez-moi ! Enfin remarquez, c’est peut-être un bon conseil que vous donnez, je sais pas !
– Non ! Non, non ! Quand même pas ! Non non, c’est un bon conseil pour les adultes, mais pas pour les enfants quand même. Mais… non, c’est quelque chose que… que j’avais dans la peau (7) et que j’ai toujours voulu faire.
Et alors, combien de personnes font les vendanges, là ?
– Une dizaine de personnes, quasiment toutes bénévoles (8). Trois personnes des Espaces Verts (9) de la Ville et le reste, des bénévoles.
Et alors là, il y en a pour combien de temps de boulot ?
– Quatre jours.
Bah alors, bonnes… bonnes vendanges, hein.
– Merci. Il y a un sécateur pour vous si vous voulez.
C’est vrai ?
– Vous voulez prendre un petit café avant ou vous… attaquer (10) tout de suite ?
Eh bien…
– Vous voulez attaquer ?
– […] par ici. Voilà, alors le monsieur à la casquette là-bas est Marcel. C e sera votre référent quand vous aurez des questions à poser pendant les… les vendanges. Moi, je serai en bas au chai (11). La vendange est précieuse. Donc on pose le seau sous la vendange pour éviter qu’il y ait des grains qui tombent au sol.
– Oui. C’est ça.
– Voilà. Le sécateur. (12)
– Oui.
– On pose la main sous la grappe.
– Oui.
– On coupe là, comme ça.
– Super.
– Voilà. On fait attention quand on travaille l’un en face de l’autre de pas être tout… juste en face l’un de l’autre.
– Non.
– Parce que autant quand on coupe le doigt, on arrête quand ça fait mal, autant celui qui est en face fait pas attention qu’il fait mal au voisin.
– Oui, oui.
– Donc voilà.
– Eh, qu’il y ait pas de feuilles dans les poubelles, hein ! Parce que la feuille, ça donne une amertume.

Quelques explications:
1. déjà: premièrement, tout d’abord.
2. le Chardonnay et le Sauvignon: ce sont les noms de différents cépages, c’est-à-dire de différentes sortes de raisins.
3. c’est pas mal: ça fait quand même beaucoup.
4. par ailleurs: autrement, de plus.
5. le Val de Loire: région du centre de la France connue pour ses vignobles et ses vins.
6. dans le berceau: il veut dire que cette envie lui est venue très tôt, presque comme s’il était né avec.
7. avoir quelque chose dans la peau: aimer quelque chose avec passion. (familier) C’est comme si ça faisait totalement partie de vous.
8. un bénévole: quelqu’un qui travaille sans demander à être payé.
9. Les Espaces Verts: ce terme désigne le service qui s’occupe de l’ensemble des parcs et jardins publics d’une ville.
10. attaquer: on s’attendait à ce qu’il mette un verbe conjugué après « vous ». Mais finalement, il emploie un infinitif: attaquer, sur le même plan que « prendre« . Si ça avait été « Vous attaquez… », il aurait fait la liaison entre « vous » et « attaquez ».
11. le chai: l’enroit où on entrepose les vins dans les fûts, dans les barriques.
12. un sécateur: c’est une sorte de grosse paire de ciseaux pour le jardinage. (pour couper des petites branches, etc…)
13. Autant…, autant...: cette structure sert à insister sur un contraste entre deux situations. Par exemple: Autant je ne suis pas pressée le weekend, autant je cours tout le reste de la semaine.

Vocation: éleveuse de chèvres


A quoi rêvent les jeunes filles ?
Camille, elle, n’a pas choisi une voie facile: elle veut être agricultrice. Métier exigeant. Horaires contraignants. Vacances souvent inexistantes. Et il faut bien le reconnaître, un monde d’hommes où les femmes peuvent avoir du mal à exister à part entière. Une voie peu choisie aujourd’hui dans notre univers dominé par les villes.
Mais cette jeune femme a trouvé sa vocation et en parle avec envie.

Transcription:
– Au début, je voulais être infirmière. Et donc ça fait six ans que je connais mon fiancé. Donc ça fait actuellement trois ans qu’on est ensemble. Et donc c’est lui l’agriculteur. Il s’est installé cette année. Et donc c’est ça qui m’a donné envie de m’installer avec lui.
– Et pour faire quoi alors, précisément?
– De la gestion, notamment. J’aimerais m’installer en chèvre (1), enfin en caprin. Voilà. Je vois à peu près comment ça fonctionne. Donc… Et puis ça me plaît. Donc je pense que je devrais y arriver (2). Et puis après, c’est un choix de vie. C’est vrai qu’on n’a pas forcément de vacances. Et puis, il faut se dire aussi qu’on n’a pas un revenu qui va être fixe tous les mois.
– Il y a du goût pour ce métier-là ou simplement de l’amour pour votre compagnon (3) ?
– Non, il y a les deux quand même ! Enfin, c’est pas une décision que j’ai prise parce que je me suis mis (4) avec lui. C’est le contexte qui a fait que, bah en évoluant… et puis c’est pas comme si on était ensemble depuis très peu de temps. On se connaît suffisamment pour prendre ces décisions-là, je pense. Et puis je me dis que – enfin j’espère pas ! (5) – mais je me dis que si un jour on se sépare, moi je continuerai quand même dans cette branche-là.
– Alors pourquoi les chèvres ?
– Les chèvres ! Alors, ma cousine, quand j’étais petite, je la voyais élever ses chèvres, elle faisait son fromage et puis elle le vendait sur le marché (6). Et puis moi, c’est… c’est des petits animaux que… Enfin, c’est mignon ! C’est… c’est très affectueux. Au départ, je pense plutôt m’installer en chèvre et vendre le… le lait à une coopérative ou un organisme qui va le retraiter, parce que l’investissement est lourd, surtout quand on part de… de rien (7). Mais c’est vrai qu’à l’avenir, après, je… je me vois bien dans ma petite… mon petit atelier fromager et puis aller à la… enfin, au marché et vendre, tout ça.
– Que vous ont dit vos parents quand vous leur avez dit: « Je veux faire des études, je veux être agricultrice » ?
– Ma mère n’a trop… trop rien dit (8) . Mais mon père, ça lui plaisait pas forcément parce que, bah… Et puis, c’est vrai qu’il avait d’autres projets pour moi. Comme moi, je voulais, toute petite, être médecin ou infirmière, il comprenait pas ce changement d’orientation. Donc… Puis il disait, avec les temps qui courent (9), avec la conjoncture économique, avec la retraite (10), il me fait il faut penser à ça. Enfin mon père, il est à la retraite donc il a aussi ses anciens stéréotypes. La femme, elle était à la maison, et puis c’est l’homme qui travaillait. Donc…
– Et vos camarades de terminale ES (11), qu’est-ce qu’elles vous ont dit ?
– Beh, elles me voyaient pas du tout agricultrice, enfin… par rapport à l’image qu’elles avaient de moi, mais… Mais bon, chacun évolue comme il peut.

Quelques explications:
1. en chèvre: c’est une façon parler propre aux gens qui sont dans ce secteur, pour parler de leur spécialisation.
2. y arriver: réussir.
3. votre compagnon: cette jeune femme n’est pas encore mariée. La journaliste emploie le mot « compagnon » car elle vit en couple avec ce jeune homme. Les couples non mariés emploient ces termes: mon compagnon, ma compagne.
4. je me suis mis avec lui: elle devrait accorder et dire « mise » au féminin. Se mettre avec quelqu’un est la façon familière de dire qu’on s’installe avec quelqu’un, en couple, sans être mariés.
5. J’espère pas: façon familière de dire: J’espère que ce ne sera pas le cas.
6. vendre sur le marché: c’est vendre ses produits au marché. (et non pas dans un magasin en dur) La plupart des villes françaises ont leur marché chaque semaine.
7. partir de rien: elle doit tout créer et acheter. (Ses parents ne sont pas agriculteurs. Donc elle ne peut pas reprendre leur exploitation.)
8. elle n’a trop rien dit: elle n’a pas fortement critiqué cette décision. (familier)
9. avec les temps qui courent: on dit plus souvent « par les temps qui courent« . Cette expression signifie actuellement, mais en ajoutant une petite nuance négative. (La période est vue comme peu favorable.)
10. la retraite: beaucoup d’agriculteurs ont une trop petite retraite quand ils arrêtent de travailler, s’ils n’ont pas assez cotisé pendant leur vie professionnelle, ce qui est souvent le cas.
11. la terminale ES: classe où on prépare un bac Economique et Social.

Petite remarque: en France, on mange toutes sortes de fromages de chèvre. Et ce secteur se développe car il y a une demande croissante aussi pour les yaourts au lait de chèvre. (On dit que le lait de chèvre est mieux toléré que le lait de vache.) Les rayons produits laitiers des supermarchés en proposent de plus en plus. Alors, les élevages de chèvres ont peut-être de beaux jours devant eux.