Trop, c’est trop !

Jeudi dernier, de très nombreux enseignants étaient en grève pour dire leur ras-le-bol** : ils ont jusque-là fait tous leurs efforts pour mettre en place tous les protocoles sanitaires développés par le Ministre de l’Education Nationale depuis le début de la pandémie de coronavirus et assurer la continuité de l’enseignement en France. Et c’est qu’il y en a eu, des protocoles sanitaires, décrits sur des pages et des pages !

Il a fallu que les enseignants et les chefs d’établissement mesurent les classes, l’espacement entre les élèves en intérieur et en extérieur, agencent les locaux autrement, dessinent des flèches, des lignes sur le sol, trouvent des masques, fassent laver les mains, informent les parents, expliquent et ré-expliquent la marche à suivre quand un enfant est cas contact ou positif, compartimentent les groupes, travaillent en hybride – des élèves en classe et les autres à la maison, une semaine sur deux ou un jour sur deux – ouvrent les fenêtres, ferment des classes, préviennent les familles en catastrophe, etc. Ils ont fait leur boulot comme de bons petits soldats**, semaine après semaine, mois après mois.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase**, c’est le retour en classe après les vacances de Noël sans instruction du Ministère sur la marche à suivre en pleine vague Omicron, sauf à la dernière minute, dans la soirée du dimanche 2 janvier pour le lendemain matin 8 heures !

Puis il a fallu encore changer plusieurs fois les règles en quelques jours, alléger le protocole comme on dit, tester tous les deux jours, ne plus tester, re-tester, alors que les chiffres de contamination s’emballaient. Et bien sûr, le ministre assurait que tout allait bien, que la situation était sous contrôle, au moment même où les classes fermaient les unes après les autres et que les parents faisaient la queue sans arrêt pour trouver des autotests ou faire tester leurs enfants interdits de classe.

Alors, l’ensemble de la communauté éducative et les parents ont dit stop et sont descendus dans la rue ! Le gouvernement a donc pris les choses en mains, promis des moyens – des masques FFP2 pour les enseignants, de l’anticipation, des renforts dans les établissements, des tests – et le ministre a daigné ** s’excuser (du bout des lèvres**).

Et voilà qu’aujourd’hui, on apprend que juste avant la rentrée des classes, le ministre était en vacances à Ibiza ! On peut dire que ça fait très mauvais effet** et que toute la communauté éducative est choquée !

Après ce petit rappel des faits enregistré ici, voici aussi des échos de la journée de grève de jeudi dernier, entendus à la radio :

Transcription :

Une enseignante : On estime (1) qu’on n’est plus en sécurité dans notre lieu de travail, ni nous, ni nos élèves, ni nos collègues en fait, parce qu’il y a beaucoup d’enseignants, mais il y a tous les autres personnels qui travaillent avec nous qui sont affectés également. Donc on a déjà deux ASEM (2) en arrêt de travail (3) parce qu’elles ont repris le travail et elles ont été contaminées depuis la reprise (4), quoi.

Une infirmière scolaire : Je ne fais que du contact tracing. Je me suis vue refuser (5) de me déplacer dans l’établissement (6) pour une élève qui faisait un malaise (7) parce que je n’arrivais pas à gérer les cas positifs pour lesquels je devais faire le tracing. Et je me suis contentée de dire : « Cette élève fait un malaise. Eh bien, si ça s’aggrave, appelez le 15 (8). Si elle va mieux, dites-lui qu’elle descende à l’infirmerie avec vous. » Et puis au bout d’un moment, je me suis dit : « Mais qu’est-ce que tu racontes ? (9) Donc tu t’occupes même plus des urgences ! » Je mets cette élève en danger, je me mets en danger professionnellement (10). C’est pas possible ! On n’est pas là pour faire du tracing, qui ne sert finalement qu’à ne faire des stats et des chiffres. On est là pour s’occuper de nos élèves. Et là, cette exigence-là qui a toujours été la nôtre, elle passe complètement à la trappe (11) aujourd’hui.

Un chef d’établissement : En pleurs, en pleurs parce qu’on n’en peut plus. On arrive à un point où ça devient très, très difficile au quotidien. J’adore mes élèves, j’adore mes enseignants. Mais malheureusement, ça devient difficile. On charge, on charge, on charge la mule (12), mais à un moment, la mule ne peut plus supporter un tel fardeau (13). M. le Ministre, que je respecte, il faudrait qu’il fasse un petit effort pour se dire que sur le terrain (14), les gens souffrent, souffrent vraiment.

Un représentant syndical : On ne s’en sortira pas (15) si on ne change pas de méthode et si on ne change pas de braquet (16). Qu’on arrête ** d’annoncer qu’on va envoyer des capteurs de CO2. Mais qu’on les reçoive, ces capteurs de CO2 ! Qu’on arrête d’annoncer qu’on va recevoir des masques. Mais qu’on les reçoive véritablement ! Et ça fait vingt mois qu’à coup d’annonces médiatiques, on prétend régler les problèmes. Et nous, sur le terrain, on constate que ça n’est pas réglé, que ça ne va pas et qu’on n’y arrive pas (17), tout simplement !

Des explications :

  1. estimer que… : considérer que, penser que… (après avoir analysé la situation)
  2. un(e) ASEM : agent spécialisé des écoles maternelles.
  3. en arrêt de travail : on peut être en arrêt de travail, c’est-à-dire en congé legal, pour maladie ou à la suite d’un accident par exemple.
  4. la reprise : le retour au travail après des vacances.
  5. je me suis vue refuser… : elle s’est rendu compte qu’elle refusait de s’occuper d’une élève = je me suis vue en train de refuser…
  6. un établissement : une école, un collège, un lycée. Ce sont des établissements scolaires, avec à leur tête un chef d’établissement.
  7. faire un malaise : avoir un malaise, se sentir très mal
  8. le 15 : numéro d’appel d’urgence en cas de malaise grave ou d’accident.
  9. Mais qu’est-ce que tu racontes ? : cette expression sert à exprimer sa surprise face à ce que dit quelqu’un qu’on ne veut pas croire.
  10. en danger professionnellement : elle risque des sanctions car elle ne fait pas bien son travail, qui consiste à prendre en charge les élèves malades ou blessés.
  11. passer à la trappe : être totalement oublié
  12. charger la mule : cette expression signifie qu’on surcharge quelqu’un de travail par exemple, ou qu’on lui donne de trop lourdes responsabilités.
  13. un fardeau : au sens propre, c’est quelque chose qui pèse très lourd. Au sens figuré, cela désigne quelque chose de pénible, qu’il faut supporter.
  14. sur le terrain : dans le lieu où se déroulent vraiment les choses, dans la « vraie vie ». Ici, il s’agit des écoles, par opposition aux bureaux du ministère où se prennent les décisions.
  15. on ne s’en sortira pas : on n’y arrivera pas, on va continuer avec les mêmes difficultés
  16. changer de braquet : changer de vitesse sur un vélo. (Le braquet, c’est le rapport entre les dents du pédalier et du pignon à l’arrière.) Au sens figuré, cela veut dire qu’on fait ce qu’il faut pour être enfin réellement efficace.
  17. on n’y arrive pas : cela ne donne aucun résultat, on n’est pas efficace. Malgré tous les efforts fournis, on est impuissant.

** Une structure de phrase qui exprime bien le ras-le-bol, la lassitude et l’exaspération :
Qu’on arrête d’annoncer… = il faut absolument que le gouvernement arrête d’annoncer des choses à la télé, dans la presse, sur les réseaux sociaux, des choses qu’il ne fait pas, pour faire croire que la situation est sous contrôle.
Qu’on nous les envoie, ces capteurs ! : Il faut que le gouvernement envoie ces capteurs qui ne sont toujours pas là.
Qu’on les reçoive, ces masques ! : Il faut qu’on les reçoive. Le ministère de l’éducation doit faire en sorte que ses personnels soient équipés.

On ne peut pas employer cette tournure avec n’importe quel sujet. Il faut que ce soit un nom :
Que le gouvernement fasse quelque chose ! (Vous avez remarqué, il faut un subjonctif.)
Que les enseignants cessent de devoir se débrouiller tout seuls !
Que le protocole sanitaire ne change pas tous les jours !

Et si c’est un pronom, il y en a qui marchent et d’autres pas : on / il / elle / ils / elles sont possibles, mais pas tu, vous, nous.
Qu’on aide les enseignants face à ce variant très transmissible !
Qu’ils aient enfin les moyens de faire face !

** Les expressions que j’ai employées :
dire son ras le bol : dire qu’on en a vraiment assez, qu’on ne pourra pas continuer à supporter la situation.
comme de bons petits soldats : avec obéissance et consciencieusement, sans critiquer
C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase : cela désigne le dernier détail qui fait qu’une situation déjà difficile devient insupportable.
daigner faire quelque chose : accepter de faire quelque chose mais en laissant comprendre que c’est vraiment à contrecoeur
s’excuser du bout des lèvres : ne pas s’excuser franchement, s’excuser avec réticence
ça fait mauvais effet : ça donne une mauvaise impression

Voici donc ce qu’on peut lire sur France Info à propos des vacances du ministre, dans un lieu qui représente pour beaucoup de Français « les doigts de pied en éventail sur la plage », la frivolité, la fiesta… Comme le dit un dirigeant : « En terme d’image, Ibiza, c’est cata. » (= c’est la catastrophe, c’est très négatif.)

ça passe mal : c’est difficile à accepter

Avec passion

Me revoilà, après des vacances de Noël bénéfiques mais occupées par des corrections, nombreuses, très nombreuses – vive le métier de prof ! – et après deux semaines de retour au travail sous pression pour être dans les temps pour les jurys de fin de semestre.

Je vous souhaite donc enfin une très bonne année !

Et pour la commencer avec émerveillement, voici des extraits d’un entretien écouté à la radio avec une femme qui vous donne la pêche si vous en avez besoin ! Elle est passionnée et donc passionnante, avec une très grande humilité et humanité. Ceux qui me connaissent maintenant un peu comprendront ce qui m’a plu quand je l’ai entendue ! Allez, 2022, une année placée sous le signe de la curiosité et de toujours plus de découvertes.

Premier extrait :

Transcription :
Etudiante, votre premier cours d’éthologie, quel choc est-ce que ça a été, Vinciane ?
Ah, ça a été un choc de voir des gens qui… d’abord, qui racontaient des histoires – c’était pas tellement habituel à l’université – parce que c’était des histoires qui, à la fois, rendaient les animaux très proches de nous, parce qu’ils avaient des histoires comme nous – je découvrais ça avec émerveillement – et à la fois, très différents, parce que c’était des histoires… On était dans des mondes… Ecoutez, quand on aime la science fiction, on comprendra ce que je veux dire. Je veux dire, chaque animal, d’une certaine manière, chaque groupe d’animaux, chaque collectif, chaque milieu (1) est comme un monde de science fiction, c’est-à-dire un monde où les règles sont tout à fait différentes, où il y a des façons de s’associer, des façons de faire des enfants, ou de ne pas en faire, de créer des relations de parenté, d’alliances et tout (2). Et donc, j’avais des mondes qui s’offraient à moi et moi qui adorais lire et qui adorais qu’on me raconte des histoires, c’était déjà une première merveille. Et puis, la deuxième merveille, c’était l’amour de ces éthologistes pour leurs animaux.
Pour autant, c’était pas vraiment considéré comme de la philosophie.
Ah non, non ! Mais alors là, je peux vous dire, c’était pas du tout de la philosophie ! Et quand moi-même, j’ai dit : Mais on peut faire de la philosophie sur l’éthologie – on fait bien de la philosophie sur de la physique (3), enfin ce qu’on appelle la philosophie des sciences, de la philosophie sur la biologie, donc on va faire bien sûr de la philosophie sur l’éthologie, je me suis entendu dire (4) combien de fois : « Mais attendez, mais ça, c’est pas de la philosophie ! »
Ça ne vous a jamais découragée ?
Alors, ça aurait pu me décourager. Mais à un certain point de marginalisation, vous n’êtes plus marginale, vous êtes à côté de toute façon, hein, parce que la marge, elle a quand même une limite. Mais en fait, je dis ça un peu en plaisantant, ce qui veut dire surtout que ça m’a offert la grande liberté de ne plus me préoccuper de l’avis (5) des autres.

Et un autre extrait :

Transcription
Oui, bien sûr, il y a des alliances avec les proches qui sont intéressantes. Elles sont parfois un peu plus fiables parce qu’on peut au moins prévoir leurs réactions. Mais ce qui est intéressant évidemment, c’est des alliances avec le très différent, parce que c’est ça qui, d’une certaine manière, enrichit la vie et à la fois, peuple le monde d’une très grande diversité, qui nous offre des occasions, nous, de bouger (6), parce que c’est ça aussi, c’est… Je veux dire, être vivant, c’est tout le temps en train de (7) changer. Comment changer avec uniquement des semblables à vous ? Ça, c’est difficile. Par contre, changer avec des êtres qui ne cessent de vous surprendre, de vous interpeller (8), de vous dire : « Mais ça aurait pu être autrement ! Qu’est-ce que tu racontes, là ? C’est quoi (9), le monde dans lequel tu vis ? Il aurait pu être autrement. » C’est quoi, un monde de libellules ? C’est quoi, un monde de… je sais pas… de bonobos, d’éléphants ou quoi que ce soit.

Des explications sur ces deux extraits :

  1. un milieu : un environnement auquel on appartient, dans lequel on vit. Cela peut être un milieu naturel (dans la nature) ou un milieu social. Par exemple : Il vient d’un milieu populaire. (= la classe sociale ouvrière) / Ils n’ont pas grandi dans le même milieu.
  2. et tout : expression familière, orale, à la fin d’une phrase, quand on ne veut pas continuer à donner d’autres détails.
  3. On fait bien de la philo des sciences : Ici, bien ne signifie pas qu’on parle de la qualité de la philo. Cela signifie : Regardez, on fait de la philosophie des sciences, c’est reconnu. Donc pourquoi ne reconnaîtrait-on pas l’éthologie ?
    Par exemple :
    – Ce virus est hyper contagieux. On va tous y passer !
    – Oui, mais il y a bien des gens qui ne l’attrapent pas.
    (= ce que tu dis n’est donc pas totalement juste.)
  4. Je me suis entendu dire : attention, cela ne veut pas dire du tout que c’est elle qui a dit quelque chose mais le contraire : On m’a dit quelque chose / Quelqu’un m’a dit…
  5. l’avis des autres : l’opinion des autres. On dit par exemple : Je n’ai pas d’avis sur la question. (= je ne sais pas quoi en penser, je ne suis pas capable d’avoir une opinion là-dessus, ou je ne veux pas formuler une opinion là-dessus.)
    Ou encore : J’aimerais bien avoir ton avis.
  6. bouger : ici, c’est synonyme de changer, évoluer.
  7. interpeller : au sens figuré, cela signifie que quelque chose attire votre attention et suscite des questions de votre part.
    Par exemple : Son attitude m’interpelle vraiment. Je ne comprends pas pourquoi il a agi comme ça.
    On dit souvent aussi : ça m’interpelle.
    On peut aujourd’hui écrire interpeler, avec un seul « L »
  8. en train de changer : qui change en ce moment.
    Beaucoup de Français font une faute d’orthographe sur cette expression très courante en écrivant entrain de. Le mot entrain existe mais c’est un nom et il est synonyme de vivacité : c’est un enfant plein d’entrain.
  9. C’est quoi, ce monde… ? : cette question est très orale et convient très bien dans une conversation.
    = Qu’est-ce que c’est que ce monde ?

Voici le lien vers l’entretien entier. Vinciane Despret y lit à la fin une lettre pleine de profondeur qu’elle a écrite à Alba. Vous devriez aller voir qui est Alba. (et lire la lettre bien sûr.)
Et j’ai vu que Vinciane Despret avait aussi partagé ses idées sur France Culture et ça s’appelle : Plaidoyer pour une poésie animale. J’ai bien l’intention de l’écouter un de ces jours !

Pas de bonobos, pas d’éléphants ici, mais ne sont-elle pas un monde à elles seules, ces jolies vaches Aubrac ? 😉
A bientôt

Mais quelle c***asse !

Le décor : une voiture garée (sur le trottoir) devant le lycée de mon quartier.
Les protagonistes : une femme d’une quarantaine d’années qui sort de ce lycée et monte dans cette voiture où se trouve son mari ou son compagnon, qui l’attend. Et moi qui passais par là, en rentrant du travail.
La scène : j’entends cette femme, énervée, qui crie en ouvrant la portière :
« Mais quelle connasse, celle-là ! »
Devinette : A votre avis, qui peut bien être cette connasse ?

A écouter :

Ou à lire :
Allez, j’écris un scénario plausible : cette mère d’élève sort d’une entrevue avec une enseignante, ou avec la conseillère d’éducation du lycée, ou la proviseure et elle vient d’entendre quelques vérités sur son fils ou sa fille. La connasse, c’est quelqu’un qui a osé lui expliquer que sa progéniture n’est pas un modèle : pas un modèle de comportement et de discipline, ou pas un modèle de travail et d’implication, peut-être tout ça ensemble. Et ça, c’est trop pour beaucoup de parents aujourd’hui ! S’en prendre à leur petit, c’est les attaquer, eux, et n’être que « cette connasse de prof » qui n’a rien compris.

Ai-je vu juste ou pas ? Impossible de savoir le fin mot de l’histoire* bien sûr, mais ce qui est certain, c’est que le terme connasse est très fort, agressif par sa vulgarité. Il est encore plus péjoratif que le mot conne dont il est dérivé. Une connasse, c’est une conne très conne, qu’on méprise, qu’on a envie d’écraser, de rabaisser ! L’ajout du suffixe -asse véhicule cette impression très négative. Et c’est le cas avec d’autres mots terminés ainsi.

Certains mots seulement, pas tous : pas de problème avec une crevasse, une terrasse, une rascasse, une échasse bien sûr. Mais problème avec ceux qui suivent :

  • une blondasse : c’est une blonde qu’on trouve sans classe, vulgaire.
    Non mais tu l’as vue, cette blondasse ?
  • il y a aussi les poufiasses, mot un peu moins employé aujourd’hui mais toujours insultant, pour des femmes qu’on juge vulgaires.
    Regarde-la. Mais quelle poufiasse !
  • Il y a également des grognasses, autre terme agressif vis-à-vis des femmes. Je me souviens d’un copain qui disait, déçu, d’un de ses potes et de sa petite amie du moment :
    On le voit plus. Il est tout le temps avec sa grognasse.
  • Vous avez remarqué comme ces termes s’adressent aux femmes ? Et ça continue avec les bombasses. Une bombasse, c’est plus qu’une bombe, qui est déjà une femme chargée d’un grand pouvoir érotique aux yeux des hommes. Les deux termes réduisent ces femmes à leur physique. Avec bombasse, s’ajoute l’idée de provocation, donc de vulgarité.
    Une vraie bombasse, celle-là !
  • Et les pétasses, vous connaissez ? Encore un terme péjoratif.
    C’est quoi, cette pétasse ?
  • On peut ajouter une autre demi-insulte : une femme hommasse est une femme qui ne répond pas aux canons de la féminité, trop « virile » pour être une petite chose séduisante et fragile qu’on a envie de protéger (de dominer ?)

Avec les noms et adjectifs suivants, certes, on quitte le domaine de l’insulte réservée aux femmes mais quand même, on reste du côté du péjoratif :

  • fadasse : c’est encore moins bien que fade. Une nourriture fadasse n’a vraiment aucun goût.
  • tiédasse : c’est tiède mais de façon désagréable. Ils nous ont servi une bière tiédasse.
  • marronnasse : d’une couleur marron très moche. Il portait un pull marronnasse.
  • dégueulasse : ce terme, vulgaire, est toujours négatif. Il fait un temps dégueulasse.
  • feignasse : encore de l’argot, pour parler de quelqu’un de feignant, de très paresseux : Une vraie feignasse, ce garçon !

On trouve aussi des nuances négatives dans les noms suivants :

  • de la vinasse, c’est du très mauvais vin.
  • une tignasse, c’est une chevelure rebelle, mal coiffée.
  • une barcasse, c’est une mauvaise barque qui ne paraît pas vraiment bonne à naviguer.
  • une godasse, c’est une chaussure en argot et ce terme n’évoque pas particulièrement l’idée de jolies chaussures.
  • Et même la paperasse a une connotation péjorative puisque ce sont des documents, des papiers dont on se dit qu’ils sont exigés inutilement par une administration tatillonne.

* avoir / connaître le fin mot de l’histoire : savoir toute la vérité, tout comprendre enfin

Cet article va sans doute faire monter les statistiques de fréquentation de mon site, comme à une époque où les termes de recherche qui aboutissaient ici ressemblaient souvent à ceci : « insultes en français » / « gros mots » et pire, « insulter une femme en français » » / insulter les femmes » !

Mais cette scène de la mère d’élève outragée et grossière m’a interpellée quand même – je suis prof aussi! – et amusée malgré tout, parce que élever des enfants, ce n’est pas toujours facile ! (Surtout peut-être pour des parents qui ont cette approche de la vie, des autres et de l’éducation ? 😦 )

Précieux arbres

Je reviens vers vous maintenant que nous sommes entrés dans une période très particulière puisque après avoir fermé les écoles, les établissements scolaires et les universités il y a presque deux semaines, la France entière est maintenant entrée dans une période de confinement afin de ralentir la propagation du coronavirus. La situation dans les hôpitaux et les maisons de retraite de certaines régions est très compliquée, pour ne pas dire très mauvaise. Les Italiens et les Espagnols savent ce que cela signifie. A Marseille, cette crise sans précédent reste encore gérable. Mais combien de temps ?

En tout cas, la vie se réorganise. Je vais tâcher de vous la raconter, dans les jours qui viennent, à travers ce que je lis, écoute et regarde, tout ce qui fait réfléchir, se poser des questions, tout ce qui nous fait sourire et même rire malgré tout, et aussi à travers ce que beaucoup nous donnent à admirer par leur inventivité ou leur engagement, pour que nos vies restent belles.
Ce sera ici et aussi sur France Bienvenue, avec mon groupe d’étudiants.

En attendant, je partage avec vous une toute petite émission entendue il n’y a pas longtemps à la radio. Pour tous ceux qui sont confinés en ville et en appartement, voici une histoire d’arbres. Je mesure ma chance d’avoir, dans mon petit jardin marseillais, un grand pin, un figuier et deux oliviers, et de pouvoir aller marcher un peu – dans un temps limité – dans la nature tout près d’ici. C’est le début du printemps, les cistes sont en fleur, le serpolet est parfumé, les romarins attirent les insectes butineurs.

Je vous laisse donc en compagnie de ce forestier, amoureux des arbres.

Transcription :
– Quand vous coupez un arbre…
Ça fait mal au coeur (1). C’est un être vivant à part entière (2), c’est… c’est pas rien (3). Quand on en coupe un, on réfléchit comment il a grandi, comment il a pu survivre. Il a quand même entre vingt, trente, cinquante, soixante, quatre-vingts, voire cent ans, voire plus et ça fait quelque chose (4). Il a une histoire, il a vécu des choses que nous, on ne pourra jamais voir, comme des guerres, comme des climats, comme des feux, comme tout, et de le voir, bon, par terre, c’est vrai que c’est… bon… ça fait un pincement au coeur (5) mais bon, après, c’est le travail qui veut ça et si on fait pas ça, on peut pas dire au petit arbre qui pousse dessous qu’il va autant connaître autant de valeur que son aïeul (6), donc voilà. Donc sur certains arbres, il faut les couper, ça fait mal mais il faut le faire pour pouvoir régénérer notre forêt.
– Pourquoi c’est important pour vous de protéger la nature ?
– C’est important pour nos enfants déjà, on leur laisse quelque chose de beau, de vert, de naturel. Et c’est important pour l’environnement. Sans arbres, on n’a pas d’oxygène et sans oxygène, on peut pas vivre. La forêt, c’est… c’est ça, c’est la nature, c’est les odeurs, c’est les couleurs, c’est le silence malgré nos machines, mais une fois que (7) tout est arrêté, c’est magique.

Des explications :
1. faire mal au coeur : rendre triste
2. à part entière : ce n’est pas un être qui a moins de valeur qu’un autre
3. c’est pas rien : c’est important
4. ça fait quelque chose : ça rend triste, on ne peut pas rester indifférent
5. ça fait un pincement au coeur : ça rend triste
6. un aïeul : un grand-père
7. une fois que : après que

Pour écouter la totalité de ce petit reportage, c’est sur cette page: l’épisode 2

La vie qu’il s’est choisie

Je n’écoute pas systématiquement la radio. Mais la radio, c’est bien parce qu’on n’est pas obligé de s’asseoir devant un écran. On se laisse accompagner, là où on est, par ces voix capables de nous accrocher, de nous emmener ailleurs, de nous faire faire des découvertes. J’aime bien cette idée des rencontres fortuites avec un reportage. C’était le cas hier. C’est ce dont je vous parle aujourd’hui dans cet enregistrement. Un petit avant-goût pour vous donner envie d’aller écouter en entier cette belle émission ! Et elles ne sont pas belles, ces chèvres très sociables que j’avais photographiées en Dordogne? Un hasard aussi, à cause d’un gros orage qui nous avait poussés à chercher un abri. Bon, vous avez une petite idée du sujet maintenant !

Sa vie avec des chèvres

Transcription:
Je vous ai parlé de cette émission qui s’appelle Les Pieds sur terre (1), cette émission de radio qui passe tous les jours, pendant à peu près une demi-heure, en début d’après-midi, et qui présente des reportages très, très variés. Et je suis tombée par hasard (2) en rentrant en voiture hier sur une émission qui était vraiment très sympathique : deux reportages qui s’appellent Changer le monde et c’était sur l’idée de se relier aux animaux. Et donc le premier reportage, c’était un éleveur de chèvres, en Bretagne, qui expliquait comment il est passé d’un élevage intensif, où on exploite les animaux, à un élevage beaucoup plus humain et plus en relation avec ces animaux. Et c’était tellement sympathique à écouter, tellement agréable que, voilà, je partage avec vous parce que d’abord, on apprend plein de choses sur la façon de… d’élever les chèvres en quelque sorte. Et puis aussi, les voix étaient très, très apaisantes, les voix… la voix de la journaliste et puis la voix aussi de ce monsieur, qui a une soixantaine d’années et qui a décidé de changer de façon de faire (3) et qui nous donne, là, un monde un peu plus joli, un peu plus respectueux des animaux, et c’était vraiment un petit moment magique !
Alors, il explique que dans la vie des chèvres, normalement, il faut produire, produire, produire et voilà, il explique comment ça se passe normalement, dans ce qu’on apprend pour notre agriculture intensive. Et lui, il a décidé qu’il ne voulait plus ça.

– Ça faisait une pointe de travail (4) au printemps complètement incroyable, quoi. Il fallait traire le lait. Puis après, il fallait faire une quantité phénoménale (5) de fromages à ce moment-là et de… le vendre sur les marchés (6). Et c’était des printemps en dépression ! Et le fait d’envoyer des paquets de chevreaux (7) comme ça qui partaient dans des camions dans des toutes petites cages pour l’abattoir puisque c’était pour l’abattoir. Et pour les mères qui les entendent, qui leur répondent, il y a une phase de stress quand même.
– Ça vous convenait pas. (8)
– Non,ça ne me convenait pas. Envoyer des chevreaux, des bêtes à l’abattoir, c’est… Surtout des chevreaux, ce sont des animaux très attachants (9). Et aussi parce que des chèvres qui mettent bas (10) tous les ans, tous les ans, tous les ans, c’est beaucoup de souffrance quelque part pour l’animal, quoi. Une fois, deux fois, trois fois. Il suffit de demander à toutes les femmes de la terre si elles voudraient faire des enfants tous les ans, tous les deux ans… C’est pas une vie (11), quoi ! Et puis les chèvres dans les élevages, elles ont une durée de vie extrêmement faible : une chèvre en première année, elle fait beaucoup de lait, en deuxième année, elle en fait encore plus, en troisième année, ça redescend un peu et en quatrième année, bon, ça commence à bien faire (12), elle… ça s’arrête là en général. Vous les envoyez à l’abattoir. Donc ça leur fait des vies vraiment très, très courtes.

Et donc, au lieu d’avoir des chèvres qui produisent… qui font des chevreaux pour avoir assez de lait, il s’est renseigné, il s’est intéressé et il a découvert que finalement, pour avoir des chèvres qui produisent assez de lait, ça n’était pas nécessaire qu’elles aient des petits tous les ans. Et il a complètement changé de façon de faire. Et donc il a un rapport avec ses chèvres qui n’a rien à voir avec les éleveurs qui font ça de façon intensive. Et c’est très respectueux et ses chèvres font partie de sa vie. Et il les accompagne jusqu’au bout, et ça c’était vraiment tout à fait magique.

– Donc là, vos chèvres, elles ont quel âge ?
– Là, disons que les plus productives en ce moment ont huit ans et neuf ans.
– Et donc ça fait sept, huit ans qu’elles produisent du lait sans avoir fait de chevreaux.
Sept ans et huit ans de lactation. Mais il y avait des précédentes qui se sont taries depuis et qui ont fait jusqu’à douze années de lactation.
– Donc vous les envoyez pas à l’abattoir ?
– Non. Elles meurent ici. Elles meurent tranquillement. Quelques jours avant une mort de vieillesse, on voit les premiers symptômes. Elle a du mal à (13) se lever. Du coup, elle commence à avoir des privilèges que les autres n’ont pas. Elle peut sortir du troupeau et vivre dehors, parce que elles l’ont mérité, quand même !

Alors, c’est sûr, on se dit que, en produisant aussi peu, évidemment, il va pas faire fortune. Et c’est vrai. De toute façon, ça n’a pas l’air d’être son objectif. Et ce qui est paradoxal en fait, c’est que, en travaillant de cette façon-là et en vivant avec ses animaux, il arrive à avoir un salaire qui lui permet de vivre, sans rien demander à personne, sans subventions, sans rien. Et surtout, en fait, il gagne souvent plus qu’un éleveur qui travaille en intensif parce qu’ il a éliminé tout un tas de frais(14) : des frais de vétérinaire pour le suivi des chèvres qui sont malades en élevage intensif, les frais de vétérinaire pour la mise bas des chevreaux, les frais d’abattoir pour faire tuer les animaux. Et donc finalement, il arrive à vivre de son activité. Et ça, c’était vraiment très instructif et très encourageant aussi.

– Là, avec votre troupeau de quatorze chèvres, vous faites combien de fromages par jour ?
– Là, en ce moment, j’en fais trente. En plein été, là, je suis monté à un peu plus de quarante. Trente fromages par jour, ça me rapporte… 76 euros brut (15) par jour. Ça fait vraiment des petits chiffres pour un éleveur, mais c’est largement suffisant. On n’a plus l’impression de faire de la production. On a l’impression de partager la vie avec des animaux et de s’échanger des services les uns les autres, quoi.

Voilà. Ensuite, le deuxième reportage, je ne vous en dis rien. Ce serait bien si vous l’écoutiez, parce qu’il est question d’un navigateur, en Bretagne. C’est normal, il y a beaucoup de marins en Bretagne. Et ce marin parle de Monique. Et je vous laisse découvrir qui est Monique en fait !

Quelques explications :
1. les pieds sur terre : le nom de cette émission vient de l’expression Avoir les pieds sur terre, qui signifie qu’on est bien ancré dans la réalité, qu’on ne vit pas dans un monde de rêve, fantasmé, qu’on est réaliste. Donc ce nom joue sur cette idée, dans la mesure où tous les reportages sont bien réalisés dans la réalité et en même temps, cela donne l’idée qu’on va y trouver tout ce qui fait la diversité de notre monde.
2. Tomber par hasard sur quelque chose (ou quelqu’un) : c’est être en contact avec quelque chose ou quelqu’un, découvrir quelque chose, alors que ce n’était pas prévu du tout. On peut employer juste le verbe tomber pour exprimer cette idée : tomber sur une émission très intéressante
3. la façon de faire : voici quelques exemples pour vous montrer comment on emploie cette expression : C’est ma façon de faire. Tu connais une autre façon de faire ? Il y a plein de façons de faire différentes.
4. Une pointe de travail : on dit plus souvent : un pic de travail, ce qui désigne le moment où une activité est à son maximum.
5. Une quantité phénoménale : ces deux mots vont souvent ensemble, pour parler d’une énorme quantité. On dit aussi : un nombre phénoménal de…
6. les marchés : dans les différentes villes, il y a en général un marché hebdomadaire où les commerçants autorisés viennent vendre leurs produits sur une place, dans la rue. Ils n’ont pas de magasins en dur.
7. Des paquets de chevreaux : de très nombreux chevreaux. Des paquets de = beaucoup de (style familier) On peut l’utiliser aussi au singulier : Il a un paquet d’argent. / Il produit un paquet de fromages.
8. Ça ne vous convenait pas = vous n’aimiez pas faire ça parce que ce n’était pas votre façon de faire.
9. Attachant : auquel on s’attache, qu’on aime bien. On parle en général d’une personne attachante. Par exemple : Ces enfants sont durs mais ils sont très attachants. Cependant, on utilise aussi ce mot pour des choses : un univers attachant, un film attachant, un livre attachant.
10. Mettre bas : donner naissance à des petits. C’est le terme employé pour les animaux. (Les femmes accouchent.) Ce verbe donne le nom : la mise bas.
11. C’est pas une vie = Ce n’est pas une vie. Cette expression permet de décrire une situation durable très difficile. Par exemple : Se lever tous les matins à 4 heures, c’est pas une vie ! (style familier)
12. Ça commence à bien faire : cette expression signifie que ça suffit, qu’il faut que ça s’arrête parce qu’on ne supporte plus ce qui se passe. Par exemple : Tous les jours, il arrive en retard. Ça commence à bien faire ! (familier)
13. avoir du mal à faire quelque chose : avoir des difficultés à faire quelque chose (un peu plus familier)
14. tout un tas de frais = de très nombreux frais / énormément de frais (c’est-à-dire des dépenses, des coûts). (familier)
15. brut : c’est une somme avant le paiement des impôts. Une fois les impôts payés, on parle d’une somme nette.

L’émission complète est à écouter ici.

C’est carrément le bagne !

En allant au cinéma la semaine dernière (voir le très bon BlackkKlansman de Spike Lee), nous avons vu la bande annonce de ce film qui dresse le tableau de la première année de médecine à l’université.

Année très sélective, qui demande un travail de fou, sans répit, sans vie sociale, comme la plupart des classes préparatoires. Donc ce n’est même pas une caricature ! Mais comme c’est un film, c’est quand même drôle apparemment. En tout cas, la bande annonce est parfaite pour donner le ton et le rythme. Et un modèle parfait de français oral !

Transcription

– C’est une année difficile. Pour ceux qui n’ont pas eu de mention au bac S (1), vos chances (2) sont de 2 %.
– Tu connais la différence entre un étudiant en médecine et un étudiant en prépa (3) ? Demande-leur d’apprendre le Bottin (4) par cœur : l’étudiant en prépa, il te demandera pourquoi. Et l’étudiant en médecine : pour quand.
– On commence le matin par une matière difficile, puis pause déj’ (5) : 40 minutes. Une matière facile l’après-midi jusqu’à 17 heures. Pause goûter (6): 20 minutes. On enchaîne (7) avec deux heures d’une matière difficile et le soir, on fait des annales (8) jusqu’à ce qu’on soit cuits (9). A ce rythme-là, c’est jouable (10). Tu en dis quoi ? (11)
– Vous avez quinze jours pour tout donner (12), quinze jours (13) pour tout revoir.
– 7CaO + H2O.
– Chut !
– Le mieux, c’est de faire des annales, franchement ! Faut qu’on devienne des machines à répondre aux questions, hein !
– Et la fac (14), ça va ?
– Phosphoglucomutase !
– Chut ! Non mais sérieux ! (15)
– Trois heures pour répondre à soixante-douze questions avec cinq réponses au choix, ça fait environ deux minutes par question. Donc à ce rythme-là, c’est impossible de réfléchir : soit on répond par réflexe reptilien, soit au hasard. Donc je pense que les meilleurs, enfin ceux qui deviendront médecins, se rapprochent plus du reptile que de l’être humain.
– Je veux être médecin.
– C’est ça qui le porte.
– Il a complètement pété un plomb. (16)
– Bah carrément !
– Ça fait une place en plus (17). Moi je pense c’est vrai.
– Tout seul, j’y arriverai pas. Mais avec toi,c’est jouable.
Tu as pris trop de retard. C’est mort ! (18)
– Vous pouvez prendre […]
– Attends, attends, attends, j’en peux plus (19), là, j’en ai marre (20). On fait une pause ?
– Ouais, carrément (21). Pause maths ?
– Allez ! Dérivées, stats (22), intégrales ?

Des explications
1. le bac S : c’est le baccalauréat scientifique, avec beaucoup de maths, de physique et de chimie, réputé le plus difficile. On peut avoir le bac avec une mention, qui dépend de la moyenne générale obtenue : Assez bien = à partir de 12 de moyenne générale. Mention Bien : à partir de 14. Mention Très bien : à partir de 16.
2. vos chances = vos chances de réussir
3. en prépa : en classe préparatoire à une grande école. Les grandes écoles sont des écoles où on entre sur concours, c’est-à-dire qu’il y a un nombre de places limité. Donc avoir de bonnes notes ne suffit pas, il faut être meilleur que les autres ! Il y a des prépas littéraires, des prépas scientifiques, des prépas aux écoles de commerce, qui préparent aux différents concours, en deux ans en général.
4. Le Bottin : c’est l’annuaire de tous les numéros de téléphone. Donc apprendre le bottin par cœur est mission impossible !
5. La pause déj’ : la pause déjeuner (à midi). On utilise souvent cette abréviation pour le petit déjeuner : le p’tit déj’ (familier)
6. le goûter : c’est normalement plutôt réservé aux enfants : ils prennent un goûter vers 16h30, quand ils sortent de l’école. (un gâteau, un petit pain au chocolat, un fruit, par exemple)
7. enchaîner avec quelque chose : dans l’organisation du temps, cela signifie qu’on passe directement d’une activité à une autre.
8. Les annales : ce sont des recueils de tous les sujets d’examen qui ont été donnés les années précédentes. Il y a des annales pour le bac, des annales pour les consours, etc. Cela permet de s’entraîner.
9. Être cuit : être épuisé, ne plus pouvoir continuer. On peut être cuit après une activité physique mais aussi après un travail épuisant par exemple, ou encore lorsqu’il fait très chaud. (familier)
10. C’est jouable : on a des chances de réussir, donc on peut essayer.
11. Tu en dis quoi ? : Qu’est-ce que tu en penses ? Cela te convient ? (familier)
12. tout donner : faire tous les efforts possibles, se donner à fond.
13. Quinze jours : nous utilisons très souvent cette expression (un peu bizarre si on compte!), qui correspond à 2 semaines.
14. La fac = l’université (familier, mais plus courant que « université » dans les conversations familières)
15. Non mais sérieux ! : cette expression exprime la désapprobation. C’est comme dire : Non mais ça va pas!, pour critiquer ce que fait ou dit quelqu’un. (Dans les bibliothèques universitaires, il est interdit de parler, pour ne pas gêner la concentration des autres.)
16. péter un plomb : devenir fou, ne plus se comporter normalement. On dit aussi : péter les plombs. (argot) Ou encore : disjoncter, pour rester dans le domaine de l’électricité !
17. une place en plus : parce que quand quelqu’un abandonne, cela fait un concurrent de moins.
18. C’est mort : c’est raté, c’est complètement impossible. (familier) Par exemple : Il est trop tard, on n’arrivera jamais à la gare à temps. C’est mort ! Avant, on disait plus souvent : c’est foutu.
19. J’en peux plus : je ne peux pas continuer, je suis trop fatigué. (familier)
20. j’en ai marre : j’en ai assez (familier). On en a marre de faire quelque chose ou on en a marre de quelqu’un.
21. Carrément : cet adverbe est de plus en plus employé seul (par les jeunes en général, pour approuver quelque chose ou exprimer son accord. (familier).
Son premier sens est différent : par exemple : Vas-y carrément = Fais ce que tu veux faire sans hésiter. / Dis-lui carrément ce que tu penses = Donne-lui ton opinion franchement.
22. Les stats : les statistiques. (familier)

Si vous voulez en savoir plus sur cette année terrible de PACES (Première année commune aux études de santé), que tentent beaucoup de jeunes Français pour devenir médecins, kinés, dentistes, pharmaciens, etc., vous pouvez en rire ici ou en pleurer là.

Bon weekend !