Tag Archive | couleurs

Comment ça se fait ?

Pourquoi ? Comment ? On s’en pose des questions ! La vie n’est pas toujours simple, les relations avec les autres sont parfois compliquées. Alors voici comment, avec le verbe se faire, nous exprimons souvent notre incompréhension.
Un verbe très ordinaire, mais qui n’a plus son sens habituel, pour une expression très fréquemment employée. Simple surprise ou réelle incompréhension, qui peut même virer à l’agacement selon la situation:

Il y a la version très « correcte », avec son inversion sujet-verbe, qui donne du poids à la question. Et le subjonctif qui suit :
Comment se fait-il que personne n’ait rien vu ? = c’est difficile de comprendre pourquoi personne n’a rien vu, c’est difficile à admettre.
Comment se fait-il que vous ne m’ayez pas prévenu(e) ? = Pourquoi ne m’avez-vous pas averti(e) ? Ce n’est pas normal !
Comment se fait-il que tu n’aies pas encore fini ? = Je ne comprends pas pourquoi tu n’as pas fini, avec tout le temps que tu avais.
Comment se fait-il qu’ils continuent à se tromper ! Avec tous les exercices qu’on a faits !

Et voici la version plus familière :
Je n’ai plus de nouvelles d’eux. Je ne sais pas comment ça se fait. = Je suis surprise ou bien je ne comprends pas du tout.
Je n’arrive pas à me connecter. Comment ça se fait ? Tu as une idée ?
Il fait vraiment froid dans cette salle ! Comment ça se fait ? = Qu’est-ce qui se passe ?

Comment ça se fait

Tiens, il y a comme des bulles de lumière derrière mes fougères ! Comment ça se fait ? 😉
Ce n’est pas la même chose de demander : Comment on fait pour qu’il y ait ces ronds de lumière ?, question qui interroge sur le moyen d’obtenir ces effets.

Dernière minute ! Pour une mise en pratique immédiate sur le terrain, lisez l’article qui suit celui-ci.

Dans mon assiette

Dans mon assiette

Dans mon assiette colorée, fraîcheur des tomates et des concombres. L’été approche !

Mais au sens figuré, dans mon assiette, signifie autre chose:
Dire de quelqu’un qu’il n’était pas dans son assiette hier revient à dire que cette personne n’était pas en forme, qu’elle ne se sentait pas très bien.
Par exemple: Je ne suis pas dans mon assiette. Je crois que je vais rester tranquillement à la maison.
(Cette expression s’emploie toujours à la forme négative.)
J’espère que vous n’aurez pas à l’employer en français !

Herbier de mai

Fleurs de mai

Petit tour dans mon jardin du mois de mai :
des alysses corbeille d’argent, des sauges décoratives, des cistes, des népétas, du thym en fleur, un rosier ancien, un citronnier aux fleurs odorantes, des diascias, des iris, une spirée, des anthémis, des pâquerettes, des marguerites jaunes et des petites clochettes violettes dont j’ai oublié le nom, des vraies lavandes et bientôt du lavandin.

A force d’essais pas toujours réussis, je sais ce qui pousse ici à peu près sans arrosage autre que les pluies de printemps !

Carottes

Carottes

Elles sont toutes jeunes et toutes tendres, éclatantes avec leurs fanes.
Et très photogéniques. De vraies carottes de dessin animé !
On les cuisine en ce moment dans nos jolies jardinières de légumes de printemps.

Et on en fait des expressions :
– La carotte, c’est ce qui fait avancer l’âne, mais aussi les hommes : Il leur faut une carotte, sinon ils ne font rien. La carotte, c’est ce qui motive !
– Et si Les carottes sont cuites, cela signifie qu’il est trop tard pour changer les choses. Tout est désormais joué. (familier)

Petite remarque sur le français : quand on parle des légumes de printemps, on place toujours l’adjectif nouveau ou nouvelle après le nom:
des carottes nouvelles, des oignons nouveaux, des pommes de terre nouvelles.

Des nuages, encore des nuages

Nuages par la fenêtre

Nuages

Nuages du soir

En ce moment, tout le monde se plaint du temps qui ne correspond pas à ce que chacun attend d’un printemps qui touche à sa fin.
Mais cela nous donne des ciels nuageux plutôt inhabituels à Marseille. Profitons !

D’ailleurs, certains pensent qu’après tout, c’est aussi beau que « des ciels toujours bleus, des pays imbéciles où jamais il ne pleut, où l’on ne sait rien du tonnerre ». (Georges Brassens, L’orage)

Vous pouvez aussi aller écouter Romain qui nous explique tout sur les nuages ici.

Et comme les noms de nuages se terminent tous par le même son, qui est parfois un problème quand on apprend le français, voici les dix genres de nuages dans ce petit enregistrement, si vous avez envie de travailler votre prononciation !
les cirrus, les cirro-stratus, les cirro-cumulus, les alto-cumulus, les alto-stratus, les nimbo-stratus, les strato-cumulus, les stratus, les cumulus, les cumulo-nimbus

Ça saute aux yeux

La soif

La laisse rose

Bavardages au  Vieux Port

Promenons-nous dans la ville… à la recherche des couleurs assorties.
Vous voyez ?

Rien n’est laissé au hasard – ça saute aux yeux – dans le mariage des couleurs qu’a choisies cette petite fille coquette et sautillante.
C’est beaucoup plus fortuit et furtif sur la deuxième photo; une laisse rose, en écho à l’un des motifs de la tunique que porte la maîtresse de ce petit chien patient ! Cette promeneuse doit aimer le rose, mais j’en déduis surtout que son chien est une chienne. (J’exagère ?)
Et comme le monde est vraiment bien fait, la tache colorée d’un long t-shirt, comme s’il avait pris le turquoise des rebords et du fond de la barque qui vient de passer devant cette jeune fille qui ne regarde pas les bateaux passer.

Le soleil est revenu. Lumière et couleurs.
Nous flânons. Les enfants courent.

* Ça saute aux yeux: on utilise cette expression quand quelque chose est tellement évident qu’on ne peut pas ne pas le voir. Evidemment, on dit souvent aussi que ça ne saute pas aux yeux: Il dit qu’il fait des efforts mais ça ne saute pas aux yeux ! / Des couleurs assorties ? Mais qu’est-ce que tu racontes ? Franchement, ça ne saute pas aux yeux !

A croquer

IMGP7820 Fraise

Entrée et dessert tout frais cueillis au jardin
Un régal de couleurs et de parfums
Et les fraises ont pris le temps de mûrir au soleil

* A croquer: cette expression a aussi le sens de « très joli », dans certains contextes:
Elle est mignonne à croquer dans sa jolie robe. / Ce bébé est à croquer !

Petit commentaire: j’essaie juste de mettre un peu de « poésie » ordinaire sur ce blog, avec mes petites fraises et mes petits radis, car vous ne pouvez pas imaginer le nombre de visiteurs qui arrivent ici à la recherche d’insultes, de mots grossiers, de gros mots, de comment insulter une femme, un mec, quelqu’un en français ! Serais-je spécialisée dans l’insulte ? Très amusant de voir ce qui attire ! Il va falloir que j’étoffe la page « Insultes et gros mots ».

J’attends maintenant de voir s’il y a des gens qui tapent « radis » dans les moteurs de recherche. Je vous tiens au courant.

Passer à l’orange

Oranges

Salade d'oranges

C’est l’époque où on commence à avoir envie de fruits d’été. Mais il vaut mieux ne pas être trop pressé ! Trop tôt pour de vraies bonnes fraises. En attendant, les oranges continuent à nous offrir leur belle couleur.

En salade, ce dimanche, pour un petit dessert parfumé et tout simple :
il a suffi de les peler à vif, c’est-à-dire de bien enlever la petite peau fine autour de chaque quartier. On a gardé deux ou trois oranges pour en presser le jus qu’on a mis à chauffer dans une petite casserole. On y a fait infuser de l’anis étoilé et un soupçon de cannelle. Et on a arrosé les quartiers d’orange avec, dans un joli saladier. Un petit passage au réfrigérateur et voici de quoi terminer le repas avec légèreté et en couleur. Bon appétit !

Et côté français, deux expressions à se mettre sous la dent:
* un soupçon de cannelle: un tout petit peu de cannelle, pour que ça reste délicat. (Et ce n’est pas juste à propos de la cannelle: dans d’autres plats, on peut ajouter un soupçon de sel, de poivre, de vin blanc, etc… )

* Passer à l’orange: en voiture, il faut ralentir et s’arrêter quand le feu passe du vert à l’orange, avant de devenir rouge. Mais certains conducteurs font l’inverse et passent donc à l’orange… Amende en vue s’ils se font prendre. Et surtout, conduite dangereuse, pour gagner quelques minutes !
(Petit détail: dans le Code de la Route, ce feu est décrit comme jaune. Mais personne ne dit: Je suis passé au jaune.)

%d blogueurs aiment cette page :