Jeux, jouets et rêves d’enfants

Nous sommes juste début novembre mais il ne faudrait surtout pas oublier que Noël approche ! Alors les supermarchés ont déjà installé leurs rayons de décorations en tout genre. Sans parler des chocolats et marrons glacés.

Mais surtout vous ne pouvez absolument pas rater les jouets ! Installés bien en évidence, sur des mètres et des mètres de rayonnages, ils sont là et bien là.

Et au cas où ce ne serait pas suffisant, il ne se passe pas un jour – j’exagère à peine – sans que n’arrive dans votre boîte aux lettres un nouveau catalogue de jouets. De vrais livres, où tout est bien organisé, et bien sexiste, parce que quand même, chacun sait qu’il y a des jouets de filles (avec plein de rose) et des jouets de garçons (sur des pages bleues, évidemment).
Parce que c’est ce que les enfants demandent ?
Ou parce que les jouets, ça sert aussi à apprendre son rôle dans la société ?
Difficile de lutter contre, je sais, mais quand même, ça m’agace toujours de voir ces toutes petites filles qui poussent des landaus plus vrais que nature et rêvent de frigidaires qui imitent celui de… De qui ? Mais de maman, bien sûr !

Transcription:
– Comment tu t’appelles ?
– Zacharie.
– Tiens, Zacharie, un petit cheval pour toi. Tu peux te battre avec des personnages de la mythologie.
– C’est encore un jeu où il faut se battre !
– Ah bah oui ! Mais les garçons, il faut bien (1) qu’ils aient des jeux pour se battre ! Sinon, ça les intéresse pas.
– Et les filles ? Elles se… Elles font quoi avec les elfes ?
– Les filles, bah, les filles, c’est le mariage, c’est l’amour, c’est les potins (2). Voilà.
– Rien n’a changé !
– Rien n’a changé, non. Ah, les féministes, finalement, elles ont fait un travail pour rien, les pauvres, hein ! Parce que les garçons, ça reste la bagarre (3) et les filles, ça reste l’amour. Cucul (4), quoi ! Mais bon on est dans l’univers des enfants, hein.
– Bah oui, mais c’est ça… c’est ça qui est important, justement. Et vous, vous vendez ça ? C’est vous qui fabriquez ça, qui cautionnez (5) ça ?
– Ah non, moi, je… je cautionne pas mais je pense que les enfants, ils sont… ils sont pas là pour penser aux problèmes… aux problèmes de féminisme et aux problèmes… Ils ont besoin de s’amuser, les enfants !

– Qu’est-ce que vous aimez comme jouets, les enfants ?
– Moi, ce sera les jeux électroniques. Mais j’aime aussi les jeux d’animaux, qu’on dirait des vrais (6). C’est un peu comme des peluches, mais ils font tout comme des vrais animaux. Tu vois, à a chaque fois qu’on leur caresse… par exemple… ils commencent à bouger.
– C’est le rayon des Barbie !
– Ah !
– Est-ce que tu aimes bien ces poupées-là, toi ?
– Je les ai aimées. En fait, c’est plus de mon âge (7). Je crois que c’est pour les plus petites, sept, six (8)…
– Oh ouais, je voulais ça, là, ça là !
– Ah, est-ce que vous connaissez les Playmobil ?
– Oui, J’a[…] j’adore les Playmobil.
– Oh, j’ai ça !
– Mon frère, il a ce jeu-là.
– C’est quoi ? (9)
– Voilà, Playmobil. Ecole.
– On les fait parler, on les fait aller à l’école. On les fait arriver en retard et faire faire des punitions.
– Est-ce que tu sais si ça existe, des jouets dangereux ?
– Les armes, pistolets, épées…
– Bon, on va bientôt sortir du magasin, là, Séni.
– Oui, je sais, tu as du travail.

Quelques détails:
1. Il faut bien que…: C’est différent de Il faut que qui exprime juste l’obligation. Le fait de rajouter bien exprime une sorte de résignation. C’est un peu comme dire: Comment voulez-vous faire autrement ? C’est comme ça, on ne peut pas aller contre.
2. les potins: normalement, les potins, ce sont les petites histoires qu’on raconte sur les uns et les autres. Donc les filles, c’est ça: ce qui les intéresse, c’est de parler, discuter, dire des choses sur les autres, etc…
3. la bagarre: le combat. Du coup, on dit que les garçons sont bagarreurs.
4. cucul: idiot, pas très intelligent, pas très fin. (familier)
5. cautionner quelque chose: approuver et soutenir quelque chose, le rendre légitime.
6. qu’on dirait des vrais: ce n’est pas correct de dire ça comme ça. Il faudrait dire: qui ressemblent à des vrais. Ou alors couper la phrase et dire: On dirait des vrais.
7. C’est plus de mon âge: c’est marrant d’entendre cette expression dans la bouche de cette petite fille, comme si elle était déjà très vieille ! D’habitude, on le dit quand on est plus âgé pour des activités qui deviennent difficiles ou qui ne nous intéressent plus parce qu’on a vieilli.
8. Six, sept: normalement, il faudrait dire sept, six ans.
9. C’est quoi? : cette question est uniquement orale et dans des conversations familières. De façon neutre, adaptée à toutes les situations, on dit: Qu’est-ce que c’est ?

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :